Revenir en haut Aller en bas
Be Good
Bonjour mon petit loup et bienvenue sur Be Good !
Ici nous sommes NC-18, car le H/Y/Y et la violence sont autorisés.
Néanmoins, si tu décides tout de même de t'inscrire en étant mineur, tu seras responsable de tout ce que tu pourras lire et écrire en ce lieu.
Alors n'oublie pas, et plein d'amour sur toi ♥

 :: Notre Petit Chez Nous ! :: Toi qui as grandis, dans cette foule mûris :: Dortoirs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Random Society - feat Sara Vidal / Swan Black / Uzayr S. Dhul Kifl/ Angus O'Connell [O]

avatar
Angus O'Connell
Modératrice / Animatrice - Colibri Enjoué ♥
Messages : 79
Date d'inscription : 09/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Nov - 18:21
Beauty and the nice cap

19h35

Mes élucubrations lugubres m'enfumaient doucement, à la mesure rythmée d'un assassina de masse d'alvéoles pulmonaires qui portait un nom : La clope.

C'était le seul moyen que j'avais trouvé depuis que j'étais arrivé pour ne pas me jeter sur la première dose , et peu importe de quoi, que je croisais. Me pourrir les poumons au tabac et les artères au café pour éviter de trembler. Je ne sais pas ce qui me dégouttait le plus dans l'histoire, être devenu le parfait profil d'un chauffeur de bus de la fonction publique en manque de crack ou avoir oublié de prendre soin de ma santé pendant tellement longtemps, qu'aujourd'hui l'idée de passer les 70 ans me paraissait utopique ?

Un rire amère m'échappa lorsque par mégarde, ou par acte manqué, je jetais un coup d'oeil au panneau 'Interdiction de fumer' qui ornait fièrement la porte d'entrée de notre dortoir sur le chambranle de laquelle j'étais appuyé depuis une bonne dizaine de minutes. Est-ce que du coup j'étais hors la loi ? Ou seulement un coté de ma personne ? La question était rhétorique, et je m'en tamponnais allègrement de savoir si il en existait une réponse.
Au fond, je n'en attendais pas vraiment ...

J'attendais surtout que notre nouvelle colocataire de chambrée, que j'avais été chargé d’accueillir par une chieuse répondant au doux prénom de 'Swan', daigne pointer le bout de son nez en cette soirée un peu froide de Septembre. L’Irlande était peut être un beau pays, mais c'était loin de la Californie en terme de température. Même si je n'avais jamais mis les pieds en Californie.

- Quelle plaie ... tout ça parce que je suis arrivé en dernier dans cette chambre de tarés ... Remarque c'est toujours mieux qu'un couvent rempli de saintes-nitouches.

Puis, un bref souvenir d'une Swan enragée entrain de me marteler de coups de poings pour je ne sais plus quelle raison fallacieuse me rappela que finalement, elles étaient plutôt sympas les saintes-nitouches ...

Un bruit. Un bruit à peine plus audible que celui du bruissement du vent dans les feuilles des peupliers trembles, qui bordaient l'allée jouxtant les dortoirs pour adultes. Ce qui devait être une fille sous un tas de couches de vêtements loin d'êtres faits pour survivre aux hivers d’Irlande venait d’apparaître en bas des escaliers. Cet étrange tableau me laissa malgré moi échapper un sourire fugace, amusé par ce personnage improbable. Bonnet vissé sur la tête et lunettes teintées, de mon perchoir je distinguais à peine quelques cm² de sa peau mate dont la teinte dorée semblait avoir été déposée là exprès pour contraster avec le blanc de ses cheveux décolorés qui voletaient au vent.

Je descendis les escalier en éteignant ma cigarette dans l'immonde pot de géranium gelé qui avec son jumeau pot n°2 avait vertu de décorer l'entrée. Avec le gout douteux d'une vielle sénile qui collectionne les nains de jardins mais, je ne suis pas sûre que mon avis comptait vraiment sur la manière dont était agencée la décoration à l'entrée des dortoirs. Atteignant la dernière marche du perron, je rangeais alors celle-ci derrière mon oreille pour m'approcher de l'inconnue qui se tenait à quelques pas de moi.

Je la détaillais. Plus que de raison. Tout en avançant je la détaillais, remarquant ça et là les quelques cicatrices qui donnait à son visage à demi dévoilé un charme que seul un idiot comme moi pouvait trouver. Mais je refusais de m'y attarder, j'étais peut être un sacré petit con, mais j'avais au moins appris qu'il n'était pas franchement appréciable de se faire scanner plus de 2 minutes par quelqu'un qu'on ne connaissait ni d'Adam, ni d’Ève. Surtout quand on venait d'un coin du monde assez éloigné de L’Irlande pour ne pas savoir qu'un thermomètre peut descendre facilement en dessous de -10.

- Hm ... Salut, moi c'est Angus sympa ton bonnet.

J'avais envie de m'arracher moi même les yeux, qu'on me les fasse manger pour qu'au moins je vois que ça fait quand on m'étriperait. A quel moment avais-je arrêté de penser assez longtemps pour  trouver qu'il était normal et logique d'engager la conversation par une phrase aussi stupide !? Ma propre connerie dépassait les limites de l'entendement ...



© 2981 12289 0


❝I don't do drugs, i just crush on you❞
   
Angus O'Connell
   (c)Allison

Angus te fait chier en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 14 Nov - 21:03
Invité


   

   Swan + Uzayr + Angus + Sara
   RANDOM SOCIETY

Q
uinze heures et demi de trajet, enfermée dans des cercueils métallique qui à chaque instant pourrait causer sa perte, voilà ce qu'avait enduré Sara pour pouvoir trouver un nouveau chez soit, loin de la misère, loin de la corruption, loin de son père mais surtout, loin de son passé. Le moment qu'elle appréhendait probablement le plus serait le moment où elle allait devoir se présenter à ses futurs camarades. Que devait-elle dire ? Annoncer avec un grand sourire à tout le monde qu'elle fuit une famille de psychopathe ? Élaborer un mensonge ? Cela semblait être la meilleure solution qu'elle puisse avoir. Maintenant il fallait choisir un scénario buvable ... Comment pourrait-elle expliquer la présence de toutes ces cicatrices sur son corps ? Ne pas trouver un bon mensonge l'énerva et elle donna un coup de pied dans un caillou qui se perdit au loin.

D'après le plan qu'on lui avait donner à l’accueil il ne lui restait qu'à marcher en ligne droite pour arriver à son dortoir pour qu'elle puisse enfin poser ses bagages. Emmitouflée dans ses vêtements pour essayer de survivre à ce froid glacial, Sara continua sa marche dans un silence de mort, seule sa valise brisait le calme ambiant que pouvait lui offrir son casque audio avec de temps à autres l'aide de quelques rafales de vent qui venaient soulever des feuilles au sol pour les déposer de nouveau quelques mètres plus loin.
Une fois arrivée devant les escaliers du bâtiments elle leva son regard et remarqua qu'elle fit face à un inconnu qui à priori avait plus ou moins son âge. Ses yeux se plongèrent dans les siens pendant une bonne minute alors que ce dernier semblait essayer de la dévisager. Ce silence se faisait de plus en plus lourd et de plus en plus embarrassant, heureusement pour elle l'étranger brisa le blanc à sa place et étama un brin de conversation.

- Hm ... Salut, moi c'est Angus sympa ton bonnet.

Elle qui s'attendait à des insultes ou à une présentation plus formelle fut agréablement étonnée lorsqu'il vint parler de son bonnet. Le fait que quelqu'un apprécie l'un de ses bonnets favoris la fit doucement sourire mais pour une raison qu'elle ne parvenait à cerner le garçon semblait mal à l'aise. Elle jeta brièvement un coup d’œil à une liste de nom en annexe du plan et remarqua que le prénom de garçon "Angus" figurait parmi ses futur camarades de chambres.

Hola ! Soy Sa- ...

Elle s'arrêta quelques instants, se secoua la tête pour se remettre les idées en place, après tout elle n'était plus au Mexique et elle devait donc faire un effort pour parler la langue locale.

S-Salut ... Je suis Sara Vidal et merci beaucoup pour le bonnet ... Tu dois être Angus ... O'Quenel ... Cornell ... ? Laisse tomber ...  

Cette situation était bien trop embarrassante pour elle. Malgré ses efforts un fort accent espagnol se faisait entendre à chacune de ses phrases puis son essaie pour prononcer le nom d'Angus était déjà l'échec de trop pour elle. Elle remonta son écharpe pour cacher au mieux son visage, attrapa sa valise et monta les escalier pour échapper au froid et au vent qui ne l'aidait en rien. Elle invita le garçon à la rejoindre et une fois à l'intérieur elle déposa sa valise contre un mur et posa son échappe et sa doudoune sur la valise. Elle souffla un grand coup pour reprendre confiance en elle et fixa de nouveau le jeune homme.

Excusa me Angus ... Mais le froid dehors devenait insupportable. Comme je disais je suis Sara Vidal et je suis enchantée de faire votre connaissance. J'espère que nous nous entendrons bien et je suis navrée si je me montre offensante par moment mais ... J'ai du mal à comprendre vos ... coutume.

Un léger sourire nerveux s'esquissa sur son visage révélant un certain malaise vis à vis de son nouveau foyer.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzayr S. Dhul Kifl
Fondateur - Koala Sexy ♥
Messages : 47
Date d'inscription : 23/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Nov - 0:55
Angus • Sara • Uzayr • Swan Random Society

Où j’avais bien pu la mettre ?

Mes mains glissèrent machinalement dans les poches de mon treillis, ça aurait été très stupide de la laisser là et je ne l’aurais jamais fait en réalité mais pourtant cela me semblait être la dernière solution. Mes doigts glissèrent le long de l’écran froid de mon téléphone pour finalement constater le vide habituel qui y régnait. Un long soupir traversa mes lèvres alors que je levais ma tête vers la voûte étoilée dans un geste désespéré ressemblant à une requête d’aide divine. Et le ciel répondit à mon appel à l’aide d’un souffle glacial qui me fit frissonnait de la tête aux pieds.

Quelque chose qui me gratte au poignet. Mmmh… Réellement ?  Ben oui idiot ! J’aurais pu m’en souvenir surtout un endroit aussi simple !



Le sublime cône vint doucement se poser entre mes lèvres. Le bruit du briquet vint briser le calme ambiant pour finir par laisser derrière lui un léger crépitement que je reconnaître parmi tous les autres ! J’aspirais ce nouvel air, j’emplissais mes poumons de ce gaz au goût familier avant de laisser une fumée blanche s’échappait lentement de ma bouche pour venir se marier avec le vent. Je m’émerveillais toujours autant devant cette magnifique danse. Elle s’enroule sur elle-même dans un fin filet puis se déforme et se disloque avant de se reformer et de se laisser porter. Pendant ce temps, je ressens son goût qui empli ma bouche et ma gorge et à vrai dire, elle était sacrément corsée mais pourtant si succulente ! Je me laissais noyer dans ce spectacle de sensations différentes pendant quelques minutes avant de recommencer le manège.

Mmh… Il me semble que j’ai oublié quelque chose… Mmh… C’est vrai ! On doit accueillir une nouvelle dans notre chambre aujourd’hui ! A vrai dire, ça ne m’intéressait pas plus que ça mais pas simple principe, je me devais d’aller lui faire un bon accueil ! Alors je quittais mon petit coin de paradis pour avancer vers l’entrée de l’académie. Un rapide geste pour sortir mon téléphone entre deux lattes me permit de constater que j’étais en retard. M’enfin… Aurais-je déjà était à l’heure un jour ? Je ne crois pas ! Je pense que ça doit fait partie de mes gênes, lorsque je ne suis pas en retard alors c’est le retard qui vient à moi ! Mais bon ce n’est pas pour ça que je compte accélérer ma démarche toujours aussi lente et nonchalante.

Après quelques minutes, je me retrouvais devant l’entrée du foyer. J’éteignais mon joint contre la façade avant de m’engouffrer dans le hall d’entrée où se tenait, un peu plus haut dans les escaliers, Angus accompagné d’une jeune demoiselle. Mmh… Un bonnet duquel sortaient de belles mèches décolorés entourant un visage au teint légèrement halé. Notre nouvelle colocataire était plutôt mignonne, c’était indéniable ! Je grimpais alors les quelques marches qui me séparait d’eux de quelques longues enjambés. Ma main se souleva et vint frapper sympathiquement l’arrière du crâne du jeune homme alors que dans la continuité de mon mouvement je me penchais déjà sur la nouvelle, attrapant sa main dans la mienne pour venir y déposer un baise main.

« Je me présente, Uzayr pour vous servir Milady. M’enfin si tu préfères, tu peux toujours m’appeler la momie comme la plupart des résidents le font ! Puis ça risque d’être plus simple à prononcer pour toi. »

J’accompagnais ces paroles d’un petit sourire alors que mon regard se plongeait dans ses yeux marron sans même prendre la peine de détailler le reste de son visage. Je me redressais en lâchant sa main suite à ces quelques mots.

« Laisse tes bagages, Angus les montera jusqu’à la chambre en bon gentleman ! »

Ma tête se tourna vers le jeune homme pour lui lancer un rapide clin d’œil avant que je ne commence ma montée des escaliers.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Swan Black
Modératrice / Animatrice - Ocelot Sauvage ♥
Messages : 47
Date d'inscription : 10/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Nov - 23:31
   
« I won't let you get me down, I'll keep gettin' up, when I hit the ground, Oh, never give up, no, never give up no, no, oh
»
Random Society

La lumière envahit les pupilles de la demoiselle, elle dut cligner plusieurs fois des paupières avant de s'habituer à la luminosité ambiante. Un instant, le sentiment d'être complètement perdue s'offrit au coeur de la chevelure turquoise. Où était-elle ? Qu'était-il advenu du laps de temps entre son dernier souvenir, et son réveil ? Son regard se tourna sur la droite. Une table de chevet, pas la sienne, déjà, car son lit est orienté de l'autre sens. Dans quel lit avait-elle dormi, alors ? Elle descendit le regard sur son propre corps.



Elle enfila son tangua en dentelle rouge ainsi que le reste des vêtements de la veille, c'était assez crasseux dans le sens où elle avait sûrement déjà passé une soirée entière dedans, elle n'appréciait pas trop cette idée, alors elle se pressa de sortir, escarpins en mains, du dortoir, essayant de comprendre dans quelle chambre elle se trouvait auparavant, mais le froid la rappela à l'ordre, plus vite dans sa chambre, plus vite au chaud et à proximité d'une douche ainsi que de vêtements chauds et surtout, SURTOUT, propres. Cependant, elle avait omis la chose la plus importante de la journée, elle avait laissé Angus accueillir la nouvelle, et maintenant, elle se disait qu'elle avait bien fait, vu l'état, mais c'était le cadet de ses soucis, le premier étant, comment ferait-elle si elle doit prendre une douche alors que l'autre saloperie lui fait visiter la chambre pendant qu'elle se lave ? Enfin bref, pleins de questions assez futiles, car en se dirigeant vers celle-ci, en allumant une belle clope mentholée comme elle les aime, Swan comprit qu'elle n'échapperait pas aux présentations. Le silence du couloir signifiait qu'ils étaient sûrement déjà à l'intérieur, alors elle entra, sans frapper, après tout elle était là depuis un moment, alors pourquoi toquerait-elle chez elle ? Par politesse ? Vous avez vraiment pensé à ce genre de chose ? Enfin bref, ses yeux vairons et hypnotiques fixèrent sans détour la nouvelle, entre Uzayr qui fait un baise main style années Moyen-Âge, et Angus qui est... bah c'est Angus quoi, on fait pas mieux. Elle détailla la nouvelle venue longuement. Un bonnet, des cheveux décolorés, un visage mat, et de loin, des... cicatrices ? Peut-être pouvait-elle s'entendre correctement avec elle... Ou pas. Elle ne se faisait pas d'illusion, elle avait un caractère assez affirmé pour que les nouveaux l'évite rapidement, suffisait de voir qu'elle arrivait la dernière, et sans le désirer. La chevelure turquoise finit par se désintéresser de la scène, attendant une pique d'Angus sur son manque de politesse, ou peut-être qu'Uzayr se déciderait à rouler un patin au dos de sa main aussi ? On savait jamais réellement avec lui de toute façon, alors qu'importe... Passons, et revenons à la préoccupation principale de la jeune femme, ses fringues. Elle déposa ses escarpins à côté de son lit, et commença à fouiller ses placards pour trouver de quoi mettre. Un skinny jeans clair, un pull en cachemire bordeaux et des dessous noirs permettant de contrer le coll en V de ce dernier, elle était parée. Elle déposa le tout sur son matelas et pris les devant avant qu'on ne lui fasse de remarque, finalement.

   
« Avant qu'un des deux idiots ne me fasse de réflexion, bonjour à toi, je suis Swan et je suis aussi ta colocataire, j'espère que je pourrais dire que je suis ravie de te rencontrer, contrairement aux deux numéros que tu vois ici. »

Elle tira machinalement la langue aux deux en questions, c'était pas des mauvais bougres, mais la taquinerie était reine dans cette chambre, surtout avec Angus, y'en avait pas un pour rattraper l'autre quand il s'agissait d'insultes. Enfin bref, elle esquissa un léger sourire, assez hypocrite on allait pas se mentir, ca la faisait plus chier qu'autre chose que d'attendre pour pouvoir jarter ses fringues et rester sous la douche assez longtemps pour pouvoir les priver d'eau chaude ce soir... D'ailleurs, qu'elle heure était-il ? Elle regarda un instant son téléphone, puis ajouta, pour meubler l'espace vide, qui serait sûrement comblé promptement par des moqueries d'Angus, et peut-être même de la momie humaine :

   
« Et sinon, comment tu t'appelles ? »
Elle envoya un sms à quelques contacts pour savoir donc ce qui s'était passé hier soir, et surtout, avec qui elle avait finit par sortir pour aller dans cette putain de chambre...

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angus O'Connell
Modératrice / Animatrice - Colibri Enjoué ♥
Messages : 79
Date d'inscription : 09/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 17:32
Beauty and the nice cap


- S-Salut ... Je suis Sara Vidal et merci beaucoup pour le bonnet ... Tu dois être Angus ... O'Quenel ... Cornell ... ? Laisse tomber ...  

Quenelle ? C’était un plat fort peu digérable mais pourquoi pas.  Sourire fugace. Amusé par son accent chantant et ce geste intéressant. Remonter son écharpe, se cacher le visage, c’était assez craquant mais le bonnet et les lunettes faisaient déjà bien assez l’affaire pour ça.

Elle m’invita à la suivre, et bien malgré mon caractère de merde je ne puis résister à sa proposition, attiré comme un moustique vers une lampe à UV. Elle lui ressemblait. Elle lui ressemblait beaucoup trop et je ne sais si mon cœur allait lâcher ou s’il venait de se remettre en route.  Sara vidal, sosie sans contestation d’un enfer en talons hauts. Hell. Même carnation senteur de tabac à cigare et d’herbe fraichement coupée. Même cheveux lisses, plus claires que ceux de l’enfer mais tout aussi brillants et soyeux. Et cet accent. Cet accent bien trop semblable.

- Excusa me Angus ... Mais le froid dehors devenait insupportable. Comme je disais je suis Sara Vidal et je suis enchantée de faire votre connaissance. J'espère que nous nous entendrons bien et je suis navrée si je me montre offensante par moment mais ... J'ai du mal à comprendre vos ... coutume.

Nos coutumes ? Je me retins alors d’éclater de rire.

- On s’habitue vite au froid, crois moi, bientôt tu n’auras plus besoin d’écharpe. Mais garde le bonnet il te va bien … Pour ce qui est des coutumes à part boire de la bière et collectionner les légendes sur les roux et les arcs-en-ciel,  les Irlandais ne sont pas le peuple le plus folklorique du coin.  Si vraiment tu cherches le dépaysement, je te conseille la Russie, là bas tu croises des grand mères avec  des armes de catégorie A – 1 tout les matins en allant chercher ton pain … Enfin du moins selon quelques légendes qui trainent sur ce pays.

Humour caustique. J’avais peut être besoin de cours en matière de sociabilisassions finalement … Pas de réflexion sur ses cicatrices. Elle en avait aussi sur les bras, l’une d’elles dépassait sur le dos de sa main, je l’ai vu. Entrevue. Lorsqu’elle à porté sa valise pour la monter en haut des escaliers. Elle en avait probablement partout, si j’étais resté  fin analyste. Pas de questions sur le pourquoi du comment. Car je crois qu’au fond ce genre de choses ne se faisait pas. Une sorte d’accord tacite. Un contrat mental que tu signes en arrivant ici sur la bienséance des oubliés de la société.

Et surtout. Ne pas penser à Hell, parce que ça, c’était bien trop douloureux.

- Je me présente, Uzayr pour vous servir Milady. M’enfin si tu préfères, tu peux toujours m’appeler la momie comme la plupart des résidents le font ! Puis ça risque d’être plus simple à prononcer pour toi.

Sortir de ma deuxième torpeur de la soirée. Apercevoir mon idiot de roommate qui venait encore de me coller une tape dans le crâne. Bon sang Uzul, c’est fragile les neurones. Surtout celles d’un junkie ! Soupirer. Est-ce que mes soirées allaient toutes se dérouler de la même façon jusqu’à la fin de mes jours ?
Bandelette avait de ces manières … Si il ne lui avait pas fait peur avec son baise-main alors peut être ne prendrait-elle pas ses jambes à son cou dans les jours qui suivraient.

- Laisse tes bagages, Angus les montera jusqu’à la chambre en bon gentleman !

Moi Gentleman ? Et puis quoi encore … Le soucis avec ce genre de choses c’est que je ne savais plus vraiment si aider une fille était très féministe ou non. Avec l’une je me serais pris un pain, avec l’autre un discours moralisateur. Sara sembla faire partie de la troisième catégorie, celles qui s’en foutaient royalement. Et, rougissant sans comprendre pourquoi le regard détourné face au clin d’œil de mon gentil camarade, j’attrapais les valises de Bonnet sans même tenter de m’opposer aux décisions de Bandelettes. Les discussions plombantes qui s’éternisent ce n’était pas pour moi.

- Ne te fie pas aux manières d’Uz, il a regardé beaucoup trop de films british en noir et blancs …

Noir et blanc, mêlés de bleu turquoise, j’avais espéré un instant que cette couleur n’apparaisse pas dans mon champ de vision mais par malheur il s’avéra que le cas Swan soit toujours en vie. Et toujours dans cette chambre. Sans surprise elle afficha son habituel air aimable en nous voyant tout les trois. Soupirer n’en valait même pas la peine. Swan était un cas désespéré. Un cas désespéré que j’apprécie quand même un peu. A vrai dire je m’inquiétais pour elle. Mais lui montrer que je me faisais un sang d’encre pour sa tignasse bleu m’aurait bien trop couté en orgueil pour que je la laisse s’en rendre compte. Ranger ses fringues, savait elle au moins faire autre chose que ça ou envoyer des sms ?

- Avant qu'un des deux idiots ne me fasse de réflexion, bonjour à toi, je suis Swan et je suis aussi ta colocataire, j'espère que je pourrais dire que je suis ravie de te rencontrer, contrairement aux deux numéros que tu vois ici.

Oh la sale petite peste …

- L’idiot n°2 t’emmerdes profondément Swan …

Dis-je en ramenant la valise de Sara dans la chambre, valise qui soit-dit en passant ne pesait quasiment rien.

- Pour ce qui est de ta politesse, c’est bien on dirait que tu apprends doucement à te sociabiliser sale teigne. Tu pourrais faire mieux, mais on ne va pas trop t’en demander non plus … C’est vrai ma pauvre, c’est tellement difficile d’être aussi relou tu dois être fatiguée ♥.

J’aurais pu éviter de lui coller une pichenette sur l’arrière du crâne, mais  c’était trop tentant et puis … Et puis ça me permettait d’oublier l’affolement qu’elle causait chez moi.

Sara.


© 2981 12289 0


❝I don't do drugs, i just crush on you❞
   
Angus O'Connell
   (c)Allison

Angus te fait chier en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» There's good in all of us... ▬ Feat. Sara
» Black Swan
» Carnet de Terry black swan
» New codex black templar
» Black immigrants see personal triumphs in Obama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Be Good :: Notre Petit Chez Nous ! :: Toi qui as grandis, dans cette foule mûris :: Dortoirs-
Sauter vers: