Revenir en haut Aller en bas
Be Good
Bonjour mon petit loup et bienvenue sur Be Good !
Ici nous sommes NC-18, car le H/Y/Y et la violence sont autorisés.
Néanmoins, si tu décides tout de même de t'inscrire en étant mineur, tu seras responsable de tout ce que tu pourras lire et écrire en ce lieu.
Alors n'oublie pas, et plein d'amour sur toi ♥️

 :: Le Monde Extérieur :: Galway Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ne te laisse pas distancer, tu finirais par me perdre - Ft. Espoir ♥

avatar
Alix Duval
Lionne Insaisissable ♥
Messages : 35
Date d'inscription : 07/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Nov - 15:46
Ne te laisse pas distancer, tu finirais par me perdreFt. Espoir ♥
Après avoir vagabonder à travers les rues de Galway, la jeune fille s'arrêta au bords d'un petit commerce. Elle avait faim, et ce n'était pas étonnant vue l'heure qu'il était: 16h passé. Elle entra dans une boulangerie et ressortie avec un petit croissant entre les mains, satisfaite. Elle le mangera sur la route, en rentrant, comme ça le temps passera plus vite. Alix leva la tête pour observer le ciel et un sourire se dessina sur son visage. C'était le moment de rentrer, mais avant cela, elle pouvait faire un petit crochet quelque part, le timing était parfait.
Elle attrapa son portable et mis ses écouteurs avant de s'élancer d'un pas certains dans la rue. Elle quitta le centre ville et tous les commerces qui l'abritaient pour se faufiler dans des ruelles moins populaires. Alix avait son propre itinéraire, elle était ici depuis 2 ans maintenant et, à défauts de connaître le centre-ville par cœur, elle connaissait les endroits plus reculés et plus discrets sur le bout des doigts. Elle trouvait que les ruelles grises et les gros pavés sur le sol avait plus de charme. Elle avait l'impression de marcher à travers un vieux village qui avait traversé le temps, et elle trouvait ça magnifique.

Cependant quelque chose la stoppa dans son aventure. Elle avait un sentiment étrange, le sentiment qu'on l'épiait. Ce n'était pas nouveau, cela faisait un moment qu'elle avait cette sensation. Et depuis quelques temps c'était devenue une certitude. La brune savait que quelqu'un l'épiait, elle savait presque qui l'épiait d'ailleurs. Elle l'avait aperçue quelques fois, sans réellement chercher à savoir qui était cette fille et pourquoi est-ce qu'elle faisait ça exactement. A vrai dire ça ne l'intéressait pas spécialement, elle trouvait la situation plutôt amusante, à jouer au chat et à la souris, sans savoir si elle finirait par se faire attraper.
Mais aujourd'hui une idée germa dans la tête de la brune. Mais avant toute chose, quelle heure était-il ? Environ 16h30, il lui restait donc moins d'une demi-heure pour allez là où elle voulait. Elle tourna légèrement la tête pour regarder celle qui la suivait. Evidemment, elle ne la voyait pas, l'autre était plutôt bien dissimulée. Mais elle savait qu'elle était dans son champ de vision et que l'autre la voyait parfaitement. Elle sourit.

Alix fit volte face et recommença sa marche, d'un pas un petit peu plus rapide cette fois. Elle espérait que sa suiveuse continuerai, elle trouvait la situation amusante. Elle avait l'impression d'être dans Alice au Pays des Merveilles et d'incarner le lapin blanc. C'était amusant.
Il ne restait plus qu'à voir jusqu'où son Alice descendrait pour la suivre. Alors la brune se mit à courir d'un pas aisé à travers les ruelles qu'elle connaissait par cœur, sautant, tournoyant, courant.
Elle allait lui faire une surprise. Si l'autre fille avait le courage de la suivre jusqu'au bout, alors elle l'autoriserait à accéder à un endroit qu'elle seule connaissait. Elle l'autoriserait à entrer dans une petite partie de son monde. Mais encore fallait-il y arriver.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Espoir H. Nūn
Fondatrice - Chaton Mignon ♥
Messages : 305
Date d'inscription : 28/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Nov - 1:36
▲▼ Emmenez-moi au pays des Merveilles Tu ne sais pas quand tout cela a commencé, quand le délire omniprésent, la fascination extrême t'as prit. Tu ne sais même pas comment tu as pu te retrouver dans pareille situation. De ton passé, non non Espoir, tu ne crois pas avoir déjà eu pareille obnubilation. Pas même quand tu étais enfant, pas même à l'adolescence quand les hormones t'ont travaillés. Oui,. C'est récent. C'est arrivé simplement avec elle, juste avec elle. Et qu'aurais-tu pu faire contre tout ça ? Quel défense pour te combler ? Rien. Tu es vraiment stupide ma pauvre Espoir et te voilà dans de beaux draps.

Il t'as suffit d'un regard, de tes grandes noisettes posés sur son être pour que tu vacilles. Alix, ô si belle Alix. Insaisissable lionne, tu ne comprendras jamais pourquoi elle en particulière. Peut être par ce qu'elle dégage, ce qu'elle conçoit et qui existe en elle. Peut-être pour sa liberté, pour sa flegme qu'elle affiche. Peut-être parce qu'elle est telle une vague. Peut-être car malgré son entourage toujours complet elle finira toujours par disparaître. Et ça tu le sais n'est-ce pas ? Tout le monde le sait de toute façon car c'est affiché sur son visage, au creux de son âme.

Mais toi, ma douce Espoir, toi elle te fascines plus que toute autre chose. Peut être pour un petit moment qui disparaîtra. Mais en attendant... Eh bien en attendant tu la dessines sur tes carnets, tu poses des croquis de son corps, de son visage et de son être. Tu cherches le moindre détail, tu te renseignes et tu apprend peu à peu à mieux la connaître. Pas la peine de lui parler tu sais à quel point les autres sont des informateurs fiables. En tout cas pour elle. Car Alix elle est à part pour tout le monde, n'est-ce pas ?

Dans tout les cas après les croquis vinrent les emplois du temps découverts, les chemins de traverses retracés sur une carte grossière de Galway et du Foyer. Tu sais que tu as un soucis Espoir, parfaitement, mais tu ne fais rien de mal. Mais tu es gentille, discrète, tout du moins tu le crois. Oui tu es là, oui tu es malsaine mais jamais tu ne lui feras de mal. Jamais tu ne lui parleras parce que c'est son aura qui t’intéresses, qui te fascines, qui te berces presque autant que la voix d'Uzayr lors de ses rares paroles qu'il adresse seulement à ton âme.

Tu ne sais plus vraiment pourquoi à vrai dire. Mais te voilà coincée et tu as l'air bien maligne. Pour une fois tu as décidé de la suivre plus loin, toi dans ton hoodie jaune canari que tu porte en robe. Toi avec tes bottines, avec tes collants aux deniers complets et aux clochettes pendues à ton cou. Tu n'es pas le summum de la discrétion mais pourtant tu penses réussir à te planquer. A vrai dire tu ne t'es jamais demandée si elle t'avais déjà repéré au non, si elle avait seulement conscience de ton existence. Tu ne pensais pas à la réflexion, mais ce n'était pas une raison pour être imprudente. Pauvre Espoir, si tu savais...

Mais la voilà qui part en courant, elle la lionne d'une beauté sans pareille. Et toi... Tu ne veux pas la perdre ! Alors tu coures à sa suite, alors tu parcoures Galway, tu recherches des chemins plus fiables mais bientôt tu n'en as plus rien à faire. Tu la suis, encore et encore, tu tournois avec elle et tu es heureuse. Oui, tu souris Espoir, simplement, et en avant la fin de la discrétion, pour le moment ton cerveau est juste totalement éteins et c'est peut-être ça le plus beau. Alors cours Espoir, vole, danse tourbillonne et rejoins Alix au Pays des Merveilles.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alix Duval
Lionne Insaisissable ♥
Messages : 35
Date d'inscription : 07/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Nov - 17:39
Ne te laisse pas distancer, tu finirais par me perdreFt. Espoir ♥
Ainsi, sa poursuivante avait décidé de jouer le jeu et de la suivre. Parfait. Alix savait qu'elle était tout près de l'endroit où elle se rendait. Encore cinq mètres...là. Elle tourna à droite pour s'enfoncer dans une ruelle plus sombre. L'odeur du sel commença à se rependre dans l'air, signe qu'on était proche du port. Mais ce n'était pas là-bas que la brune se rendait, auquel cas elle aurait prit la route principale pour suivre la baie. Elle bifurqua à gauche.
Juste devant ses yeux se trouvait une échelle accroché au mur. Le genre d'échelle à incendie ou quelque chose du genre, qu'on trouvait souvent dans les vieilles villes. Alix l'avait repérée en arrivant à Galway et n'avait pas hésité à l'emprunter pour voir où cela la mènerait. Depuis c'était devenue son coin préféré. Elle empoigna alors l'échelle avec assurance. Même si elle était vieille et rouillée, la fille n'avait pas peur. Cette ascension, elle l'avait fait de nombreuse fois, il n'y avait aucune raison que ça se passe mal. Elle n'eut donc aucun mal à escalader jusqu'en haut de la maison, malgré son jean et sa veste kaki qui entravaient un peu ses mouvements. Elle pensa alors à celle qui la suivait. Ca serait sûrement moins évident pour cette fille, mais bon. Cela faisait partie du jeu.
Alix disparut sur le toit.

Quand l'autre finit par arriver, Alix était de dos, au bord du toit à fixer l'horizon. La vue qui s'en dégageait était magnifique. D'ici, on pouvait apercevoir le port, les mâts des bateaux, et la grande étendue d'eau. Mais ce qui rendait le paysage incroyable, c'était la teinte orange qui enveloppait tout l'horizon. Les deux filles étaient arrivées à temps, le soleil commençait sa descende et disparaissait petit à petit sur le bord de l'eau.
Alix s'assit sur le rebord du toit, les jambes balançant dans le vide. Elle affichait une mine mélancolique, le regard perdue sur la mer. Elle ne daigna ni de regarder sa compagne, ni de lui adresser un mot. Elle l'avait amené jusqu'ici et ce n'était pas sa présence qu'elle lui offrait, mais le coucher de soleil. Maintenant Alix profitait, elle contemplait la lumière du soleil qui semblait embraser l'eau azur. C'était magnifique. Elle se sentait plus sereine, plus calme, mais aussi un peu triste.

Malgré son air de rêveuse perdue, Alix sortie le croissant qu'elle avait acheter juste avant et le coupa en deux. Elle en tendit un bout à sa voisine d'un regard neutre, et attendit qu'elle le saisisse. L'intensité de son regard ne lui laissait guère le choix de toute façon.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Espoir H. Nūn
Fondatrice - Chaton Mignon ♥
Messages : 305
Date d'inscription : 28/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Jan - 20:16
▲▼ Emmenez-moi au pays des Merveilles Tu la suivais tant bien que mal, le souffle court alors que vous bifurquiez dans une ruelle. Le port n'était pas loin, la brise maritime fouettait d'ailleurs ton visage alors que tu observais, indécise, l'échelle sur laquelle elle grimpait avec aisance et agilité. Toi, à contrebat, tu tremblais de peur, blêmissante. Tu n'avais pas confiance aux échelles, tu n'étais pas bien débrouillarde, tu ne te sentais pas de grimper. Mais elle, elle disparaissait, et ça tu ne pouvais pas l'admettre.

Te mordant courageusement les jours tu commença à attraper une des barres branlantes avant de déposer le talon d'une de tes rangers, puis l'autre. Tu soufflas, fermas les yeux à t'en fendre les paupières alors qu'elle n'était déjà plus là pour commencer à ton tour ton ascension.
Difficile fut le mot, exténuant aussi alors que ton hoodie t'empêchait de bien avancer, alors que le frottement du tissus t’exaspérais. Et pourtant, frémissante, tu finis par atteindre la dernière barre. Les larmes ayant rouler sur tes joues rondes, t'empêchant de bien voir, alors que tu te coucha contre le toit pour reprendre convenablement ton souffle et tes émotions.

Elle, elle était là, de dos. Tu finis par la rejoindre pour t'asseoir à ses côtés, observant doucement son visage, sa mélancolie et puis sa beauté si fragile. Tu n'avais pas besoin d'expliquer quoi que ce soit, pas besoin de lui dire le moindre mot pas plus qu'elle n'avait besoin de t'en dire. Tu avais compris ce qu'elle voulait te montrer et toi, toi tu finis par savourer.

Orange, brume, océan et ciel couchant. Tu plongeas tes noisettes dans l’étendue miroitante du crépuscule, tu t'en empreignais doucement, profondément, te replongeant dans un état quasi-total de tristesse. Tu étais comme ça, instable, intransigeante avec la joie, perdue dans ce qui te manquais le plus au monde. Tu te sentais déjà si inexistante, te retrouver face à un spectacle pareil te rendait d'autant plus effacée face au monde. Les larmes roulèrent doucement sur tes joues alors que tu serras tes petits poings contre eux, tremblant légèrement, triste et heureuse finalement de découvrir ça.

« Merci. »

Fut le seul mot qui traversa tes lèvres alors que tu attrapais le bout de croissant qu'elle te tendait. Ce n'étais pas tant, finalement, pour la nourriture que tu le disais, mais peut-être pour tout ça, pour cette course, pour cette beauté qu'elle t'offrait sans échanges, une partie d'elle même qu'elle présentée sans concession. Alors tu lui souris chaleureusement avant que tu ne détournes de nouveau tes pupilles de sa personne pour te lancer dans une contemplation presque trop tardive de ce qui restait du crépuscule. La nuit allait finir par tomber, et vous vous retrouverez dans le silence le plus total bercé par les lumières de la ville. Pourtant tu ne regrettais pas tout ça, pourtant tu n'avais jamais été aussi en paix de toute ta vie.

Alors pour la remercier, de nouveau, tu te tournas vers elle. Ta main légèrement tremblante alla trouver son nez que tu effleuras avec affection, jusqu'à remonter sur le haut de son arête avant de la retirer. Ton père, tu t'en souviens, te faisais ça enfant pour te consoler lors de tes crises de larmes. Et toi, à ton tour, tu voulais la consoler de sa mélancolie. C'était étrange, mais tu n'étais pas amène à t'en rendre compte. C'était distordue, mais beau. C'était toi, c'était ton espoir, c'était pour elle, pour cette étendue, pour ce spectacle vrombissant.
© 2981 12289 0

[HRP : Je suis désolée, désolée, désolée ><
Tant de temps pour répondre ça craint à mort je sais, maiiis maintenant que ma vie n'est plus dans un débordement constant et que le forum roule je te promet que ça ira mon débit de réponse ! J'espère que tu aimeras tout de même ♥]


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Laisse la force te guider [libre]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile.. | Asher
» ❝La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure. ❞ CALLIE&DONOVAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Be Good :: Le Monde Extérieur :: Galway-
Sauter vers: