Revenir en haut Aller en bas
Be Good
Bonjour mon petit loup et bienvenue sur Be Good !
Ici nous sommes NC-18, car le H/Y/Y et la violence sont autorisés.
Néanmoins, si tu décides tout de même de t'inscrire en étant mineur, tu seras responsable de tout ce que tu pourras lire et écrire en ce lieu.
Alors n'oublie pas, et plein d'amour sur toi ♥

 :: Little Weird Stories :: Un peu de toi, un peu de moi ♫ :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'as de Trèfle

avatar
Tobias L. Kristensen
Boa Arc-en-ciel ♥
Messages : 37
Date d'inscription : 11/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Jan - 12:49
KRISTENSEN Tobias Lennart
HazamaBlazblue
Âge & Date de Naissance : 22 ans, 29 avril 1994
Métier/études : Pour les études : Niveau 3, 6e année de Médecine
Nationalité/origines : Irlandais d’origines danoises et germaniques
Groupes : Koala
Date d'arrivée au Foyer : Septembre 2011
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel

Carnation : Caucasien
Taille : 1m83
Corpulence : Plutôt fin, il fait 70 Kg à tout casser
Cheveux : Courts, blonds clairs de base ils sont teints en vert
Yeux : Ambrés de base, les lentilles de contact qu’il met pour corriger sa légère myopie leur donne des reflets jaunes ou orange selon l’angle
Signe(s) distinctif(s) : Il ne se sépare jamais de son compagnon de toujours, son serpent.

Code:
[b]Hazama[/b] • [i]Blazblue[/i] • Tobias L. Kristensen
Code:
[b]Etudes de niveau 3, 6e année : Médecine[/b] • Tobias L. Kristensen
Joueur
Avide
Calculateur
Chanceux
Perspicace
Attentif
Indiscret
Désinvolte
Flegmatique
Cordial
Souriant
Narquois
Histoire : Dans la vie comme au jeu, tout est toujours affaire de chance. Une opportunité, une possibilité qui surgit, ou, à l’inverse, une maladresse, un revers du destin. L’effort et la bonne volonté n’ont jamais su dépasser cela, car finalement, aussi riche ou fort soit-on, c’est toujours le hasard qui définira comment on s’en sortira, ou comment on ne s’en sortira pas. Moi par exemple, le destin décida que je devais passer le relais.

Il y a quelques années de cela, je rencontrai le père de Tobias à Galway, pour le festival d’art. J’étais là en simple touriste allemande, je crois que j’ai engagé la discussion en renversant mon café sur sa chemise… Il y a mieux comme rencontres, il y a plus poétique aussi, mais la nôtre s’est faite sur une maladresse, un coup de chance sur un manque de bol en fait. Il était chercheur, un bel Irlandais. Sa famille était là depuis deux générations, et venait du Danemark, où ils retournaient parfois en vacances, je connaissais le coin, ce n’était pas loin de chez moi, mais de l’autre côté de la frontière. Moi, j’étais artiste par passion, et une simple commerciale à côté. Lui et moi, nous sentions quelque chose de fort entre nous, on s’est donné notre chance, on s’est revu, et on ne s’est plus lâchés. J’avais quitté l’Allemagne malgré ma famille qui me disait que c’était une grosse bêtise. Au début, on vivait comme deux jeunes amoureux. Pour avoir plus de temps, il était devenu professeur dans une université, et moi, je peinais encore à me trouver un travail, rien que pour devenir citoyenne, ce fut un bel embarras. Et puis ensemble, on voulait plus que partager la même maison. On s’est marié, et on a conçu un enfant. Un petit garçon, on a choisi de l’appeler Tobias.

Et puis, le jour de l’accouchement venu, tout ne se passa pas si bien que prévu. Ils allaient devoir faire une césarienne, et je risquais d’y rester. Je le sentais même, j’allais y rester. Ce fut long et douloureux, et ce jour-là, j’ai donné ma vie pour permettre à une autre de voir le jour venir. Mon mari, aussi fort soit-il, vécu très mal ma mort. Il ne finit jamais vraiment son deuil. C’est à partir de là qu’il se mit à tourner le dos à son entourage, il n’était plus que rythmé par son travail, et notre enfant. Il aimait bien son petit Toby au final, certains pourraient voir l’enfant comme responsable, mais lui, il voyait là tout ce qu’il lui restait de moi…

Ma famille coupa très vite les ponts, et ce n’est pas mon mari qui tenta de les renouer, bien au contraire, il fit tout le nécessaire pour que, quoi qu’il arrive, le petit Tobias n’ait jamais rien à voir avec eux. Une simple formalité se disait-il à ce moment, mais c’est ce qui finira par être un élément déterminant dans l’avenir de notre enfant. Tobias ne sut jamais rien de moi, ou presque, mais pas de son père, il fallut chercher ailleurs, chercher les souvenirs cachés dans le grenier par exemple. Son père lui, refusait toujours d’accepter ma mort, si bien qu’il cacha tout ce qui lui restait de moi, et je devins vite comme un sujet tabou. C’était là les premiers pas de sa profonde déchéance… Certains vivent mal le deuil, très mal même. Jusqu’à ses 8 ans même, Tobias ne connut aucun autre membre de sa famille que son pauvre père. Et il n’eut pas plus d’amis. Le petit recevait de nombreux cours auxquels son père l’avait inscrit. Il devait être parfait, bon en tout. Il prenait des cours de musique, un peu de piano, puis ce fut le violoncelle, jusqu’à ce qu’on remarque qu’il n’avait pas la fibre artistique, pour ne pas dire que c’était un musicien très médiocre. Il avait des cours de sports de combats, car comme disait le paternel, un homme doit savoir se défendre, et surtout, il prenait des cours de bienséance. J’ai toujours trouvé ça ridicule, c’était des idées de sa famille à lui, de faire de bons gentlemans en les éduquant pour. Enfin, finalement, la partie sport de combat lui servit bien à se sortir de quelques embarras lorsque ses jeunes camarades se servaient de lui comme bouc émissaire, il faut dire qu’il était timide, et n’avait pas beaucoup de succès avec les autres gosses.

Vers ses 8 ans, Tobias appris l’existence de son grand-père. Un veuf, qui tenait une boutique de pompes funèbres. Il avait toujours un air un peu lugubre, mais c’était vraiment quelqu’un de gentil, d’amusant parfois même. Le vieil homme appréciait beaucoup Tobias, et pris pitié du petit un peu surmené par son paternel. Il le payait de temps en temps pour que le petit vienne l’aider au travail, mais dans les faits, ces deux-là ne travaillaient pas beaucoup ensemble. Ils lisaient des histoires, se promenaient en ville ou jouaient au carte, mais c’était avant tout une excuse pour pouvoir enlever un peu l’enfant à son père. Il ne voulait pas mal faire, et Tobias ne lui en a jamais voulu le moins du monde. C’était juste une étrange relation, très soutenue, entre un père et son fils, et il faut encore dire que c’est bien avec son enfant qu’il se montrait le plus proche.

Le paternel développa pendant les quelques années qui suivirent mon deuil une certaine fascination pour les serpents. Non, en fait il l’avait déjà, mais il passa simplement à l’acte. Il fit une « collection » de ces animaux écailleux, il en avait plein et de toutes les couleurs, qu’il avait dans des vivariums ici et là dans la maison. C’était une passion que je ne partageais pas, d’avoir des animaux juste pour les avoir, ou pour les montrer simplement, mais bon, je ne suis plus là pour le lui reprocher. A ses 10 ans, le jeune Tobias se découvrait la même fascination, non pas celle des animaux dans des cages de verre, mais celle des serpents. Certains en ont peur, certains les trouvent dégoûtants, mais lui, il les trouvait beaux, élégants. Il eut d’ailleurs le cœur brisé lorsqu’il vit l’un deux se faire rejeter par ses congénères. Un jeune serpent, très jeune, un avorton en plus, bien plus petit que les autres. Il faut savoir que ces bêtes-là pouvaient se manger entre eux, le laisser là, c’était accepter sa mort. Toby ne fut pas de cet avis, et parvint à convaincre son père de le laisser l’adopter. Ils faisaient une belle paire tous les deux ! Ugo, le serpent, était alors le premier et, pendant un moment, seul ami du jeune enfant, qui pris soin de lui et l’éleva un peu comme un chien (sans trop de succès, si Ugo était une bonne poire, il n’obéissait tout de même pas aux ordres, quels qu’ils soient). Et puis, le père de Tobias vint me rejoindre dans la mort. Le petit avait bien 12 ans lorsque son père fut tué par l’un de ses serpents. Un spécimen venimeux qu’il venait d’acheter, il n’avait pas pris les précautions nécessaires, et fut mordu. Toby fut très touché par la mort de son père, mais il passa outre son deuil assez rapidement. Le petit était déjà très mature et sérieux à son âge, c’est même à se demander s’il n’a jamais eu une enfance innocente.

La garde du petit fut donnée à son oncle, plus proche parent le plus en état de survenir à ses besoins. Son oncle tenait un pub, dans lequel il vivait, à l’étage simplement. Il était célibataire et sans-enfants, plus du genre à courir les jupons qu’à bâtir un truc pour durer. Le grand-père de Tobias vivait là, lui aussi, sa santé trop fragile rendant la vie seul trop risquée pour lui. Dans l’ensemble, le pub était propre, un peu chic même, mais très mal fréquenté. C’était le rendez-vous idéal des petits gangs de rue, des catins et autres gens de peu de foi, ce n’est pas un lieu que j’affectionnais vraiment. Mon petit Tobias eut un peu de mal au début, mais il finit par s’y faire, à cette ambiance, et aux rixes qui survenaient de temps à autre. Son oncle lui appris notamment à se servir d’un couteau ou d’un pistolet, qui, entre nous, n’était surement pas là de manière légale. Tobias avait un peu d’expérience dans les sports de combats, en savate et en systema notamment, mais rien ne vaut une arme face à quelqu’un d’armé. En dehors de cela, Tobias continua sa vie. Il allait toujours en cours avec assiduité, sans trop se sociabiliser, point qui s’améliorait mais restait très difficile, il suivait toujours le chemin tracé par son père au final, mais y consacrait de moins en moins de temps. Il était brillant en étude, et profitait de cette facilité pour vaquer à d’autres occupations. Il aidait beaucoup son grand-père au travail, et sérieusement cette fois, jusqu’à la mort du vieil homme d’un arrêt cardiaque, lorsque Tobias avait 16 ans. Il faisait parfois le serveur ou le barman au pub, lorsqu’il ne jouait pas au poker ou à la belotte avec les ivrognes, il était doué, pour bluffer comme pour tricher. Il avait un véritable don avec les cartes, et il savait se donner en spectacle avec quelques tours de passe-passe pour détourner l’attention.

Et puis arriva la rixe de trop, un règlement de compte même. Tobias avait à peine plus de 17 ans. Deux petits gangs s’étaient retrouvés, par hasard, dans le pub de son oncle. Les regards se croisèrent, les insultes fusèrent, et la violence, le sang gicla. Tobias se cacha dans le couloir, c’est ce que lui et son oncle faisaient d’habitude, se cacher. Dans ce genre d’affrontement, on ne fait pas le fier, on se terre, et on prie pour que l’orage passe. Tout à coup, un des combattants débarqua et le repéra. C’était Jim, un crétin qui devait avoir la vingtaine. Tobias lui avait extorqué une somme incroyable au poker, si bien que Jim a déjà essayé de le tabasser en retour, suite à quoi il fut banni du pub. Il se jeta sur lui. Ils se frappèrent, et tentèrent de glisser des coups de couteau. Toby fut blessé à la jambe, Jim à l’épaule, mais à la fin de l’échange, Tobias réussit à attraper le pistolet qui trainait là dans la commode. Il braqua l’arme, Jim saisit son couteau, mais Tobias fut le plus rapide. A bout portant, il tira, quatre fois même, enragé par sa blessure, puis jeta l’arme à terre avant de retourner se cacher.

La rixe se finit bien assez vite avec l’arrivée de la police. L’oncle de Tobias était mort dans la bataille, une balle perdue, ou bien dirigée, qui sait. Tobias lui se retrouva devant un juge, pour le meurtre de Jim. Mais fut finalement pardonné par la justice. Le juge était clément, et décida que la légitime défense était de mise. Puis, considérant le cas du jeune homme, pas encore indépendant, qui n’avait plus de famille chez qui aller, il prit la décision de l’envoyer au foyer Belladone. Il s’est très vite adapté à sa nouvelle maison, où il peut librement se déplacer avec Ugo sans trop être dérangé, ou du moins, aller presque partout. C’est un bon élève, et je ne dis pas ça parce que c’est mon fils, il est rigoureux et a de grandes facilités, lui permettant notamment de jouer les dissidents auprès de certains professeurs, ou, à l’inverse, l’élève modèle auprès d’autres, selon s’il les apprécie ou non. En dehors de ça, il a déjà quelques amis plus ou moins proche, avec qui trainer, quelques ennemis pour se prendre la tête. Il se cherche encore un métier pour occuper son temps libre, et se faire un peu d’argent, mais a déjà travaillé comme serveur, barman, animateur ou manutentionnaire auparavant.

Reste à savoir si ce foyer est pour lui une chance, ou un désastre, mais ça, seul l’avenir nous le dira.
Pseudonyme : Toby ou Lenny, le plus beau des galets ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Âge : deux galets et demi
Comment es-tu arrivé ici : : j’ai suivi un galet qui roulait très vite
Commentaire : Ceci est le DC de Julian
Joints d'étanchéité pour conduits d'aération de climatiseur de morgue
Et merci à Swan pour l'aide sur ma fiche @_@
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tobias L. Kristensen
Boa Arc-en-ciel ♥
Messages : 37
Date d'inscription : 11/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Jan - 19:25
Petit message pour dire que c'est fini, my body is ready ̿̿ ̿̿ ̿̿ ̿'̿'\̵͇̿̿\з= ( ▀ ͜͞ʖ▀) =ε/̵͇̿̿/’̿’̿ ̿ ̿̿ ̿̿ ̿̿



Hey:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Swan Black
Modératrice / Animatrice - Ocelot Sauvage ♥
Messages : 47
Date d'inscription : 10/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Jan - 19:11
Coucou toi ♥ Ch'est meugnon le petit remerciement dans la petite catégorie, mais ca te sauvera pas tu sais ? ♥ /PAN/ De toute façon j'ai absolument rien à te dire, c'est parfait, l'écriture sous l'oeil de sa mère défunte fonctionne vraiment, même si j'aurais apprécié une pointe d'émotion supplémentaire, m'enfin ca n'altère nullement la qualité du récit !

Je te valide donc mon petit Boa Arc-en-ciel ♥

Si tu veux pas dormir sous les ponts
Fiche de Lien - Fiche de RP
Demandes de liens - Demandes de RP
Une messagerie pour que tes camarades puissent te joindre

Nourris toi d'amour et épanouis toi ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Trèfle Greengrass ~ « “Trèfle” de plaisanterie, comme dirait un lapin dans un carré de luzerne... »
» Azurée du Trèfle
» [PNJ] Achat d'un trèfle à quatre feuilles
» Je suis l'as de trèfle qui pique ton coeur, carreau. (Invités Poker)
» « Depuis que tu es parti [...] » Reflet d'Eden. Nacre de la Sirène. Petit Trèfle. Valet de Pique.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Be Good :: Little Weird Stories :: Un peu de toi, un peu de moi ♫ :: Présentations Validées-
Sauter vers: