Revenir en haut Aller en bas
Be Good
Bonjour mon petit loup et bienvenue sur Be Good !
Ici nous sommes NC-18, car le H/Y/Y et la violence sont autorisés.
Néanmoins, si tu décides tout de même de t'inscrire en étant mineur, tu seras responsable de tout ce que tu pourras lire et écrire en ce lieu.
Alors n'oublie pas, et plein d'amour sur toi ♥

 :: Le Monde Extérieur :: Galway Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Chat Et La Souris [PV Rody]

avatar
Cameron Bailey
Quetzal Attentive ♥
Messages : 95
Date d'inscription : 15/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Jan - 15:46
“Tristesse - la fatigue qui entre dans l'âme Fatigue - la tristesse qui entre dans la chair.”
Le chat Et La Souris

Ça n’avait pas vraiment été sa semaine ! Déjà depuis son arrivé ici elle n’avait eu aucune nouvelle de son père, ce qui était plutôt étrange car même lorsqu’elle était à la fac à Londres il l’appelait au moins une fois par semaine. Malheureusement depuis presque un mois c’était le calme, et jamais elle n’avait autant cogité. Habituellement Cameron n’est pas du genre à se torturer : elle sait ce qu’elle veut, ce qui est bon pour la cause et le fait sans aucun état d’âme. Mais depuis un mois, sans nouvelles de son père et aux contacts de tous ces jeunes eux aussi dans des situations compliqué elle était assez déstabilisée. Elle ne le savait pas encore mais elle allait bientôt entrer dans une grande période de bouleversement ou tout allait être remis en question pour elle.

Toujours est-il qu’il a cinq jours elle avait décidé de sortir s’aérer, elle n’en pouvait plus, elle étouffait, suffoquait, entourée de tous ces gens qui pensaient bien faire, l’a conseillait. Ils étaient tous si compréhensif, si bienveillant mais elle, elle n’en avait rien à faire de toute cette répugnance gentillesses. Elle avait juste besoin de son père, un appel pour la rassurer, lui dire qu’il est fière d’elle et qu’elle ne devait pas s’inquiéter, que tout irait bien.  Cette fragilité qu’elle découvrait chez elle l’effrayait c’était aussi pour ça ce besoin d’évasion. Un bar en ville, de l’alcool, beaucoup d’alcool, des inconnus, des rires, des pleurs aussi. Pendant quelque heures elle se laissait un peu aller mais elle n’était pas dupe et elle savait que le lendemain son mal-être serait encore présent, persistant, avec un énorme mal de crâne en prime.

Le lendemain tient parlons-en, elle s’était ramener au petit matin peu avant 6 heure, bien après le couvre-feu donc. Un comité d’accueil l’attendait déjà, des sermons, des sermons et encore des sermons mais elle n’entendait rien. Après cet incident il fut décidé que quelqu’un sera là pour l’aider, comme pour elle n’était pas en mesure d’entendre les conseils de ses ainés, l’administration décida que c’était une personne de son âge qui « s’occuperait » d’elle. Ils ont une drôle de pédagogie à Belladone ! Un type qui lui aussi avait eu du mal à se faire au foyer et qui avait fini par entrer dans le droit chemin, un modèle pour les plus jeune, un certain Rody, grand black plutôt pas mal, mais elle était franchement pas d’humeur à supporter une personne sur son dos toute la journée. La première journée elle l’a passa dans sa chambre à dormir au moins personnes ne pourrais lui casser les pieds. Le second jour elle se décida enfin à sortir pour retourner en cours en évitant avec un soin particulier son nouvel acolyte, c’était pas bien difficile avec sa carrure on ne pouvait pas le louper. Les troisièmes et quatrièmes jours il avait réussi à mettre la main sur la petite brune. Mais leurs échangent fut plus que bref et pas très concluant en même temps quand on a en face de nous une poupée ne s’exprimant qu’avec des onomatopée la communication est tout de suite un peu compliquée. Le pauvre Rody devait regretter amèrement le jour où il avait accepté d’aider Cameron.

Le cinquième jour enfin, Cameron décida d’aller en ville faire des courses, directrice accepta à une condition : que Rody l’accompagne. Elle n’avait pas le choix, elle allait devoir se coltiner encore une fois monsieur muscle avec elle. Dans sa chambre pendant qu’elle s’habillait et soupirait déjà à l’idée de devoir encore une fois le supporter, sa présence l’oppressait et sa gentillesse l’ennuyait. Pourtant dans un contexte différent elle aurait surement aimé sa compagnie mais pas là, preuve encore une fois que tout n’allait pas pour le mieux dans sa petite tête. Un dernier coup d’œil au miroir avant de partir et elle claqua la porte de sa chambre. Le bruit de ses petites bottines camelle en daim faisait un bruit fou dans les escaliers, son jean slim lui faisait un petit cul pas dégueu et sa chemise denim sous son pull XXL en laine beige suffirait pour tenir chaud. Devant le grand portail du foyer Rody l’attendait déjà, elle ne lui adressa même un regard.

En ville c’était plutôt amusant de les voir marcher l’un à côté de l’autre: le géant et la mini femme ! Ça se passa relativement bien jusqu’au moment où Cameron décida que c’était trop ; elle se tourna vers le jeune homme en souriant.
« On va boire un verre ? »


C’était surement la première vraie phrase qu’elle lui adressait depuis le début de la semaine. Ils se dirigèrent vers un petit bar à l’ambiance cosy  typiquement Irlandais. La jeune femme commanda un thé et Rody passa également sa commande et durant cette attente elle observa le jeune homme. Il ne méritait pas d’être traité avec autant de dureté, c’était un bon garçon. Il revenait d’ailleurs d’assez d’après ce qu’on avait pu lui dire. Il n’avait certainement pas à subir la tristesse que Cameron n’arrivait pas à gérer, il devait la laisser, la laisser se débrouiller seul. Si elle lui disait ça il insisterait surement pour continuer à l’aider, en profiterait pour creusé un peu la carapace qu’elle s’était forgée. Il ne partirait pas si elle le lui demandait alors elle allait faire en sorte qu’il parte de lui-même quitte à lui faire du mal.

« Tu comptes me coller encore longtemps ? Enfin je veux dire, t’as pas autres chose à faire ? Une copine à aller voir, des amis, je sais pas… »

Leur commande arriva au même moment, Cameron sucra son tête et porta la tasse jusque ses lèvres.

« Et tu cherches quoi en fait ? T’as quelque chose à prouver, montrer à tout le monde que tu n’es plus le même que tu as changé. Monsieur le héros qui aide les âmes en peine et les petits nouveau qui ne trouvent pas leur place ! Laisse-moi rire ! »

Elle sourit

« Oooh mais nan je sais ! Rody veut prouver à papa et maman qu’il a changé, qu’il n’est plus le sale gosse qui a fait cramer son école ! Qu’il est devenu quelqu’un de bien aidant son prochain, et comme ça papa et maman aimeront de nouveau leur gentil petit fils modèle ! Ahahah tu me fais de la peine ! Toi et tous les gens de ce foyer qui essayez tant bien que mal de nous remettre sur droit chemin, de faire de nous des adulte responsable nananinana ! Vous me faites vomir ! »


Elle avait fini par s’enflammer toute seule, c’est fou comme la tristesse se transforme vite en colère, puis en rage. Depuis quand n’allait-elle pas bien ? Ça remontait surement à bien plus loin que son arrivée au foyer seulement elle ne s’était jamais posé la question. Et si ce qu’on lui avait appris jusqu’à présent n’était qu’un tissu de mensonge. Toute ses valeur et ceux en quoi elle croit, ci ne n’était que du vent. C’est bien là que le bât blesse.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Je suis le chat, Jack la souris et toi Jenna ? [Pv: Jenna et Jack]
» Le Chat et la Souris. Et le Poulet.
» ❝ Quand le chat dort, les souris dansent - Ft. Dorian Mayne
» [Moment fort 17] : Quand le chat dors les souris dansent
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent... OU PAS !! [Pv Bulle et Flamme]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Be Good :: Le Monde Extérieur :: Galway-
Sauter vers: