Revenir en haut Aller en bas
Be Good
Bonjour mon petit loup et bienvenue sur Be Good !
Ici nous sommes NC-18, car le H/Y/Y et la violence sont autorisés.
Néanmoins, si tu décides tout de même de t'inscrire en étant mineur, tu seras responsable de tout ce que tu pourras lire et écrire en ce lieu.
Alors n'oublie pas, et plein d'amour sur toi ♥️

 :: Little Weird Stories :: Un peu de toi, un peu de moi ♫ :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rêve ta vie en musique, c'est le secret du bonheur - Amy Tomson [Finite Incantatem]

avatar
Amy Thomson
Admin - Chevreuil Empathique ♥
Messages : 23
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Déc - 23:43
THOMSON Amy
D.VaOverwatch
Âge & Date de Naissance : 19 ans - 8 Avril
Métier/études : Musicienne
Nationalité/origines : Irlandaise
Groupes : Hermine
Date d'arrivée au Foyer : Jamais
Orientation Sexuelle : Bisexuelle

Carnation : Sa peau est claire et elle ne bronze pas facilement, elle a plutôt tendance à attraper des coups de soleil même lorsqu'elle fait attention
Taille : Elle est petite avec ses 154 cm et ne manque pas de se faire charrier à ce sujet
Corpulence : En plus de ça elle n'est pas bien fournis avec son petits bonnet B et ses bras fins, heureusement que ses fesses au moins sont bien ronde
Cheveux : Ses cheveux sont long et plutôt raide. D'une jolie couleur ébène ils lui tombent jusqu'au dessus des fesses
Yeux : Des yeux noisette assez clair et légèrement en amande qui pourrait laisser penser qu'elle a des origines asiatique, encadré par de longs cils brun
Signe(s) distinctif(s) :  Deux petits tatouages en triangle rose sur chaque joue lui donnant à la fois un air mignon et enfantin

Code:
[b]D.Va[/b] • [i]Overwatch[/i] • Amy Thomson
Code:
[b]Musicienne[/b] • Amy Thomson
Timide
Agressive
Froide
Geek
Rêveuse
Passionnée
Rancunière
Susceptible
Commédienne
Gamine
Râleuse
Attachante
Histoire : Les doux et chauds rayons d'un soleil timide caressent les dernières couches de neige qui fondent à cette attention. Les flocons se transforment un à un en printemps alors que des cris rompent le silence de cette délicate matinée. Les cris aigus et paniquées, les pleurs de la vie, ceux d'un bébé que l'on vient d'arracher à sa cage chaleureuse et rassurante que forme le ventre de sa génitrice. Les maisons voisines s'éclairent, dérangés par meuglement de la souffrance. Ces pavillons de quartier, bien alignés les uns aux autres, séparé par seulement quelques centimètres et qui abritent des voisins ingrats rendus amers par la société. Le café coule, du café industriel, coupé à l'eau, tellement forte qu'il ne réveillerait pas un lézard :

" Elle aurait pu accoucher à l’hôpital comme tout le monde ! Est-ce que j'ai accouché un seul de nos enfants à la maison moi ? Non, parce que je pense aux autres !"

Son mari, déjà lassé de ses piques, ne relève pas. Il ne lui dira pas que si elle a accouché à l'hôpital, c'est pour faire comme tout le monde. C'est parce que la société l'en a voulu ainsi, lui faisant peur en mentionnant d'éventuelles complications. La poussant à accoucher par césarienne pour rompre tout ce lien d'amour entre la mère et l'enfant comme l'inconnue coupe le cordon ombilicale de ses ciseaux froids. Non, il ne le dira pas, car il ne le sait pas.

" Et sérieusement, ils n'en ont pas assez des gosses ? Pourquoi en vouloir un quatrième ?! Ce doit être uniquement pour profiter des aides de l'état ça, j'en suis sûre ! Comme si ça ne gueulait pas asse comme ça chez yeux ! Hier j'ai encore surpris le petit Matthew arracher les pétunia de la voisine. Ils ne savent même pas les tenir, c'est pas croyable !"

Et les plaintes continuaient à fuser dans le voisinage, chaque maisonnée dégageant des énergies négatives qui ne parvenaient pas à atteindre le nourrisson apaisé, lové contre les seins de sa mère sous le regard protecteur de son père.

[...]

Le vent d'octobre souffle les feuilles rougies par le charme du soleil. Les puissantes roues d'un véhicule qui se gare sur la chaussée en écrasent certaines, les privant de cette danse endiablée que leur offre l'automne. Les portières s'ouvrent et claquent, laissant descendre une petite fille à la chevelure sombre et la mine penaude et un homme à l'air strict et froid. Pas un mot n'est offert au vent, juste des gestes, des pas et des appréhensions. À une fenêtre, des yeux plissés et mécontent observent ce spectacle en sifflant d'une voix perçante :

" Ah ! La petite Thomson s'est encore attirée des ennuies ont dirait !
- Ca ne m'étonne pas, cette gamine à toujours été un peu bizarre.
- N'est-ce pas ?! La dernière fois je me suis réveillée à cause de mes insomnies la lumière de sa chambre était encore allumée. En pleins milieu de la nuit !
- Mais même quand elle sort, elle ne lâche pas ses consoles.
- Je ne comprends pas pourquoi ses parents la laissent faire comme ça, ils sont complètement irresponsables !
- La facilité Maggy !
- Hum ! Je te ressert une tasse de thé Thérèse ?
- Volontiers "

Aujourd'hui madame Pierce prenait le thé chez Madame Loyd pour discuter du mauvais temps, des occupations de leurs maris respectifs, du ménage et surtout pour commérer sur le voisinage. L'une comme l'autre adore les potins, c'est la seule chose qui est capable de donner un soupçon de goût à leur vie tellement fade. Le délicat clapotis du thé s'écoule comme le temps dans la pièce aux senteurs parfumées.

" Elle n'ira pas bien loin.
- La petite Amy ? Elle n'a pas l'air méchante pourtant
- Ah ! Cette petite est mal élevée, elle ne dit jamais bonjour et dés qu'on lui parle elle souffle et lève les yeux au ciel. Vraiment aucune tenue !"

Madame Pierce ne dira pas à son hôte que si Amy réagit ainsi, c'est parce qu'elle sent les ondes négatives que dégage sa voisine. C'est parce qu'elle sait que pour se contenter dans son malheur, elle se sent obligée de cracher sur les autres, les éclaboussant et les salissants ainsi à leur tout. Elle ne lui dira pas que la petite Thomson est empathe et qu'elle le vit mal, se refermant de plus en plus sur elle-même, car elle en souffre un peu plus chaque jour. Non, elle ne le dira pas, car elle ne le sait pas.

" Je suis bien contente de ne pas avoir des enfants pareil"

Dans la maison voisine, l'amour est toujours présent, mais plus partagé si ouvertement. Retenue dans leur corps comme si le montrer était une faiblesse. Monsieur et Madame Thomson ne savent plus comment faire, ils ne savent plus comment réagir avec leur fille sur laquelle les punitions diverses n'ont aucun effet. Ils ne comprennent pas qu'elle voudrait juste faire des choses avec eux, les aimer et être aimé, mais au lieu de ça, ils l'étouffent. En regardant par sa fenêtre, son regard croise celui de Madame Loyd qui referme froidement ses rideaux d'un geste brusque. La petite sait que ses enfants ne viennent plus la voir parce qu'ils ne la supportent plus. Pauvre Madame Loyd.

[...]

La douce odeur de terre fraîchement remuée, le délicat parfum des fleurs, la sensation du caoutchouc sur les mains pour ne surtout pas se salir. Depuis l'aube Madame Loyd plante, arrose, creuse, coupe et on comprend bien que ce n'est pas pour rien qu'elle gagne chaque année le prix du plus beau jardin du quartier. Rien avoir au jardin des Thomson auquel elle lance un regard désabusé, il n'y traîne que jouer, outil et mauvaises herbes. C'est ce que l'on récolte lorsque l'on ne plante que de la mauvaise graine. Trois des enfants Thomson ont quitté le foyer familial, il ne reste que la petite dernière, la petite de trop selon la vieille femme aigris. Celle qui va leur apporter des problèmes. D'ailleurs, elle fut satisfaite d'avoir glissé à madame Thomson l'idée qu'Amy devrait se trouver un emploi et le fut, de plus, belle lorsque ses "conseils" ont été appliqués. Elle ne se doutait pas qu'elle allait le regretter. Le crissement des pas dans les graviers du jardin voisin lui fit lever le nez de ses coquelicots et ce qu'elle y découvrit la choqua. La vieille bique se précipita alors à l'intérieur pour appeler son amie :

" Oui Monique, elle vient de rentrer chez elle avec trois autres jeunes filles au look bizarre... Elles ont des instruments ! ... Non non ! Mais déjà qu'elle toute seule elle m'empêche parfois d'entendre mon feuilleton ... Je ne sais pas s'ils sont au courant ... Oui j'en parlerais à sa mère quand elle rentrera du travail, elle ne peut pas imposer ça à tout le quartier !"

Madame Loyd raccroche le téléphone après avoir salué son ami. Elle est ce genre de femme qui fait semblant de se préoccuper des autres alors que la seule chose dont elle se soucie réellement, c'est elle-même. Ayant abandonné son jardinage sous le coup de la frustration, elle regarde la maison voisine avec appréhension. Pourquoi les autres devraient être libres de faire ce qu'ils veulent et d'être heureux alors qu'elle a dû se priver toute sa vie pour les autres ? Ça y est, ça commence, les premières notes de musique endiablée, la voix rauque qui monte, les paroles sataniques qu'elle prononce, il n'en faut pas plus à la petite vieille pour retourner s'enfermer chez elle. Et ça a duré des heures, les notes volant jusqu'à ses oreilles. Elle ira s'en plaindre aux autres voisins et ensemble, ils trouveraient une solution pour arrêter ça. Voilà ce qu'elle va faire ! Elle sort de chez elle sans même prendre le temps de se remaquiller et s'arrête sur son pallier. Les quatre jeunes filles se disent au revoir. Deux partent ensemble alors que la troisième reste. Il se passe quelque chose d'étrange, Maggy Loyd peut le sentir. Et c'est lorsque la grande asperge se penche au-dessus de la gamine Thomson que les pièces du puzzle s'assemblent. La pie qui observait la scène ne lui dira pas qu'Amy est actuellement en train de s'épanouir et qu'elle est très heureuse comme ça. Que ce groupe de musique est le début de l'accomplissement de ses rêves et qu'elle s'est même inscrite à des cours de théâtre. Elle ne lui dira pas qu'elle n'est pas malade, mais simplement amoureuse. Non, elle ne le lui dira pas, parce qu'elle ne peut pas parler.

[...]  

Les éclats de voix portés par la nuit, une fêlure dans l'amour réciproque que se portent parents et enfant, une brèche dans la confiance qu'il s'accordent et de quoi nourrir les ragots des vieilles harpies comme Madame Loyd pendant un bon moment :

" Ils ont criés tellement fort qu'ils m'ont fait sauté de mon lit. Impossible de me rendormir après ça, vous comprenez inspecteur ?
- Bien sûr Madame, c'est la dernière fois ou vous avez aperçut la jeune Amy Thomson ?
- Oui. Je me suis préparé une tisane pour m'apaiser et j'ai entendue un monteur dans la rue. A trois heures du matin j'ai trouvé ça étrange. J'ai vu la pauvre petite monter dans une voiture sombre. J'ai tellement peur pour elle inspecteur... Elle s'est peut-être fait...
- Avez vous relevé la plaque ?
- Pardon ?
- La plaque d’immatriculation du véhicule.
- Pensez-vous ! J'étais trop chamboulé par ce que je venais de voir ! Et puis il était trois heures du matin alors...
- Vous pouvez m'en dire plus sur la disparut ?
- Eh bien... C'est une enfant qui à toujours été un peu spéciale. Une petite à problème... Elle n'est pas net, mais elle n'est pas méchante. Je l'ai vu grandir cette petite et je l'aime vraiment beaucoup... Vous pensez que vous la retrouverez ?
- ... Ecoutez, Madame Loyd, Amy a 19 ans, elle est majeure et étant donné ce qu'on nous a décris il est fortement possible que ce ne soit qu'une simple fugue. On va tout de même faire nos recherches alors si vous vous souvenez de quoi que ce soit, n'hésitez pas à me contacter"

Madame Loyd regarde l'inspecteur partir. Elle en a entendu des bruits courant dans le quartier sur Amy Thomson. Une rupture difficile, l'abandon de ses études, l'échec à un casting, la drogue, l'alcool, la prostitution, que de bien vilaine rumeur lancée par une bien vilaine mégère, elle-même. Elle sait ce qui est vrai et ce qui est faux, mais elle ne le dira pas. Elle est bien contente qu'Amy a quitté la maison de ses parents et espère qu'elle ne reviendra jamais, mais elle ne le dira pas. Elle sait qui est venu la chercher, c'est cette fille plutôt musclée à la chevelure rose, mais elle ne le dira pas. Elle sirote son café en regardant d'un air satisfait les maisons du quartier. Non, elle ne le dira pas, car tout ce qui compte pour Madame Loyd, c'est son propre bien être.
Pseudonyme : ElyKyuh
Âge : 23 ans
Comment es-tu arrivé ici : : Par le haricot bus magique =o
Commentaire : Non non, ce n'est pas du tout mon troisième compte non...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 9 Déc - 9:52
Invité
D.VA AHHHHHHHHHHH ♥
J'ai hâte de lire l'hitroire, puis j'te chope un rp aussi au passage %D

Bon courage pour le reste o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amy Thomson
Admin - Chevreuil Empathique ♥
Messages : 23
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Déc - 12:10
Merci chouchou ! ♥
Owi mais avec grand plaisir ! Je vais vite finir ma fiche alors ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La musique au Moyen Âge
» musique amerindienne
» Musique médiévale
» Quiz #12 La Musique du Quebec (no1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Be Good :: Little Weird Stories :: Un peu de toi, un peu de moi ♫ :: Présentations Validées-
Sauter vers: