Revenir en haut Aller en bas
Be Good
Bonjour mon petit loup et bienvenue sur Be Good !
Ici nous sommes NC-18, car le H/Y/Y et la violence sont autorisés.
Néanmoins, si tu décides tout de même de t'inscrire en étant mineur, tu seras responsable de tout ce que tu pourras lire et écrire en ce lieu.
Alors n'oublie pas, et plein d'amour sur toi ♥️

 :: Little Weird Stories :: Un peu de toi, un peu de moi ♫ Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Meiko Suzumori - Terminée

avatar
Invité
Invité
Dim 27 Nov - 7:24
Invité
Suzumori Meiko
MeikoVocaloid
Âge & Date de Naissance : 18 ans & 14 Février 1998
Métier/études : Meiko étudie le théâtre, elle voulait devenir actrice et a été jeune idole. Elle a déjà posé pour quelques magazines de mode connus.
Nationalité/origines : Française de Mère et Japonaise de Père, elle avait la double nationalité jusqu'à il y a quelques mois.
Groupes : Diable de Tasmanie !
Date d'arrivée au Foyer : Il n'y a même pas 3 mois encore !
Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle

Carnation : D'une jolie couleur miel aux belles saisons, plutôt crème en hiver, la peau de Meiko bronze bien et respire la santé.
Taille : 1m62
Corpulence : 52 kilos
Cheveux : D'un beau châtain foncé, proche de l'acajou, ils ont un aspect doux et tendre au toucher ! Elle les porte courts, mais les a eu très longs par le passé.
Yeux : Ils ont une forme en amande et sont plutôt clairs pour une personne dont le père est d'origine japonaise. Elle ne les a pas bleus comme sa mère, mais noisettes.
Signe(s) distinctif(s) : Meiko a une jolie tâche de naissance sur le haut de l'épaule gauche, qui, à ce qu'il paraît, est en forme de couronne.

Code:
[b]Meiko[/b] • [i]Vocaloid[/i] • Meiko Suzumori
Code:
[b]Niveau 3, 2ième année - Etudes des Arts de la Scène[/b] • Meiko Suzumori
Enjouée
Passionnée
Versatile
Coquine
Menteuse
Soumise
Déterminée
Généreuse
Méfiante
Impatiente
Rêveuse
Mélancolique
Histoire : Meiko était de ces filles qui avaient tout reçu : la beauté, la popularité, une famille aisée et des parents aimants. Perchée sur ses talons qui l'agrandissaient d'une bonne dizaine de centimètres, la petite poupée avait la plastique parfaite et des ongles toujours bien vernis. Elle était à la mode, elle était jolie. Les garçons la suivaient du regard, les photographes se l'arrachaient et quelques producteurs intéressés l'avaient déjà contacté. Oui à seize ans, Meiko avait la vie parfaite. Elle était parfaite. Physiquement en tout cas.

Parce que pour ce qui était de sa psychologie cela faisait peur. Elle était mauvaise. Elle était garce. Elle était menteuse. Elle était manipulatrice. C'était la petite prétentieuse typique, celle qui forte de ses avantages s'amuse à moquer et torturer les gens logés à moins bonne enseigne.
Calomnieuse et pas très intelligente, ses notes auraient tôt fait de le prouver, ses remarques et son comportement aussi, Meiko était une peste ! Aussi vide et creuse qu'une huître dont on aurait raclé la substance jusqu'à la moelle. Sa coquille ne contenait aucune perle et à vrai dire Naomi ne la trouvait même pas jolie.

Mais elle avait pitié. Oui, Naomi avait pitié. Parce qu'elle avait toujours su que le sourire de Meiko ne durerait pas éternellement. Parce que de toutes les rumeurs dont elle se faisait la cruelle investigatrice, c'était bien Meiko elle-même qui en était la première victime.
En effet, Princesse Suzumori n'avait en vérité aucun ami, aucun soutien, ni même aucun avenir en raison de son intellect pauvre et de la façon dont les professeurs s'amusaient à raturer son carnet scolaire ponctuellement.
Hormis son reflet pour se plaire, son argent, ainsi qu'une gloire surfaite, Meiko ne possédait rien. Pas même l'amour.

Naomi avait toujours su que Meiko en pinçait pour son frère. Elle avait été la première au courant. Malheureusement pour cette dernière, Shinichi était plutôt du genre sérieux et froid. Il n'avait pas beaucoup d'argent, mais il était très bosseur et doué en sport. C'était un petit génie du muay thaï et il ne tarderait sans doute pas à partir à l'étranger. De plus, Shinichi aimait les filles, qui s'y connaissaient en arts et avait de la conversation, les belles littéraires, les femmes cultivées et avec une véritable assurance. Shinichi, plus exactement encore, aurait été du genre à en pincer pour le professeur de français par exemple, mais certainement pas pour Meiko.

Alors quand Meiko et Shinichi avaient commencé à sortir ensemble. Elle avait trouvé ça bizarre, étrange, pour le moins inattendu. Si tout le monde bavait sur leurs silhouettes, Naomi ne pouvait que constater à quel point leur relation ne semblait pas naturelle, en plus d'être compromise, pour ne pas dire vouée à l'échec. Et pourtant Naomi n'avait rien dit, elle avait même tenté de devenir amie avec Meiko et elle avait découvert que sous toute sa crasse, se cachait une jeune fille moins idiote et mauvaise que ce qu'elle avait imaginé. C'est bien pour ça, qu'aujourd'hui, elle éprouvait une forte compassion pour celle qui envers et contre tout, était devenue une proche.

Meiko aimait sincèrement Shinichi, c'est peut-être ce qui avait touché Naomi. Le problème restait qu'on ne pouvait pas enfermer un cœur qui ne nous appartenait de base pas, et le cœur de Shinichi n'avait jamais appartenu à Meiko. Elle en avait fait les frais. Elle en avait pleuré, et Naomi l'avait observée se briser en silence, accusatrice certes, mais compréhensive. Meiko était la méchante de cette histoire. Elle était la Vilaine. Elle était celle qui méritait de finir seule. Cela ne l'en rendait pas moins déchirante. Quelle idée avait-elle eue aussi, que de se faire passer pour la correspondante de Shinichi ?

Comment avait-t-elle pu voler les lettres de son admiratrice secrète et espérait qu'au fil des jours il ne remarque pas la différence ? Naomi ne le savait pas. En réalité, elle était elle-même surprise que cette mascarade grotesque ait pu durer presque six mois. Dans le fond, Shinichi n'était peut-être pas tout à fait honnête non plus. Naomi n'en ferait toutefois pas la remarque. Elle ne soutenait pas sa relation avec Shinichi. Elle était même plutôt contente que ce soit enfin fini, n'est-ce pas ?

Dans les mois qui suivirent Shinichi s'enfuit à l'autre bout du monde en Europe. Et dans son espoir fou que de pouvoir le convaincre d'écouter ses excuses, Meiko s’engagea dans un projet foireux, au hasard, avec l’avidité que de le revoir. Naomi n’avait plus entendu plus parlé d’elle pendant des mois, jusqu’à ce matin. Le regard sombre, la jeune fille regarda avec tristesse, la devanture du journal et son titre :Jeune idole prise en flagrant délit de trafics de drogue.

Naomi soupira. Naomi secoua la tête. Pour Meiko, c’était fini. Si elle n’allait pas en prison, elle irait en maison de redressement, ou même en foyer, mais une chose était sûre, elle ne reviendrait pas au Japon et elle ne reverrait jamais Shinichi. Naomi quitta la table et sa chaise racla sur le sol. Elle récupéra son sac, ses affaires, se prépara pour l’école comme si aujourd’hui n’était qu’un jour ordinaire de plus. Toutefois avant de partir, elle posa le journal au bas de la porte de la chambre à son frère. Juste comme ça.

////

Angélique essayait de ne pas pleurer trop fort. Elle retenait ses larmes à grande peine, sans pour autant parvenir à cacher les terribles hoquets qui agitaient son corps amaigri par l'angoisse. Angélique n'aurait jamais voulu être ici. Elle n'aurait jamais voulu assister à pareil procès. Et elle avait envie de hurler et de crier : mais qui êtes-vous pour enfermer ma fille ?! C'est une victime elle aussi ! C'est une enfant, elle aussi !
Sa fille, sa tendre fille. Cette fille qu'elle aimait terriblement. Cet enfant pour qui elle aurait donné sa chair et son sang. Cette fille qui n'était plus qu'une figure pâle et marquée de coups, cette fille qui, dieu merci, n'aurait la majorité que dans six mois. Cette si jolie fille dont il ne restait qu'un tas d'os et l'air fiévreux que l'on trouve aux toxicos et autres prostitués des bas quartiers. Qu'avait-on fait de sa belle enfant ? Qu'avait-on fait...

Et elle ne pouvait pas la défendre, elle ne pouvait même pas l'approcher. En plusieurs semaines de débats et d'enquêtes, elle n'avait pu la serrer qu'une seule fois contre sa poitrine et dans ses bras. Maintenant, elle devait se taire et écouter, ses chefs d'accusations horribles qui la traitaient de complice, qui la traitait de tous les noms. Cependant Angélique savait que tout cela était faux, archi-faux ! Sauf qu'elle ne pouvait plaider l'innocence de sa fille, pas plus qu'elle ne pouvait la prouver. Meiko était seule, assise sur le banc des accusés, et Angélique ne pouvait que le supporter.

Le cœur lourd Angélique songea qu'avoir donné la double-nationalité à sa fille n'avait pas été une bonne idée. Parce-que maintenant elle était aux mains de la justifce française. Parce que maintenant, elle ne pourrait jamais prétendre à prendre la nationalité Japonaise.
Mais Meiko n'était française que de nom, elle avait grandit et vécu toute sa vie à Tokyo. Elle y avait son début de carrière, ses fans et son école.
Plus maintenant, plus maintenant...

Le regard tendre de son mari Makoto se posa sur elle. Il la serra contre son torse, entre ses bras. Il tenta de la rassurer d'un sourire, mais son visage était crispé, son cœur saignait, Angélique le savait. Lui aussi maudissait ces hommes, cet affreux destin, ce coup du sort qui leur enlevait cet unique et précieux bien. Et jamais ils ne s'étaient senti plus victimes qu'en ce jour où la justice faisait d'eux des coupables. Adieu les strass et les paillettes, adieu la mode et le fantasme d'un défilé à Cannes, la princesse qu'ils avaient choyée portée désormais les haillons de Cendrillon. Elle serait châtiée, emprisonnée et ils ne pourraient que la contempler souffrir sans même pouvoir se proposer en échange à sa libération. Alors Makoto et Angélique pleuraient en silence, toutes les larmes de leurs corps.

Soudainement, à côté d'eux une grand-mère fit passer une petite brochure. Le nez aquilin, l'oeil perçant, elle insista si longuement que malgré tous ses efforts pour l'ignorer, Angélique se sentit obligée de regarder. Sur la brochure qu'elle tendait à bout de bras, il y avait écrit « Foyer Belladone ». Et tandis que l'avocat commençait sa harangue, Angélique se dit que c'était peut-être là au moins une solution à la case prison. Elle en parlerait avec le juge, l'avocat. Elle paierait autant qu'il faudrait, qu'on envoie donc Meiko en foyer communautaire, mais pas en prison ! Ca jamais.

Pseudonyme : Mimi o/
Âge : 22 ans
Comment es-tu arrivé ici : : Par partenariat : )
Commentaire : J'adore le forum o/ ! Il est supra chouette, trop beau !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arisu Shino
Admin - Panda Chouquette ♥
Messages : 55
Date d'inscription : 29/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Nov - 13:20
Coucou et bienvenue !

J'ai beaucoup apprécié ton histoire ! Même si Meïko est une peste on à de l'empathie pour elle. J'ai hâte de lire la fiche de Shinichi pour en savoir plus sur leur relation ! *3*

Sinon, tout es parfait, je te valide Lémurien Malin ♥️

Je te conseil de visiter ces quelques liens pour faire correctement tes premiers pas sur le forum : 

Si tu veux pas dormir sous les ponts
Fiche de Lien - Fiche de RP
Demandes de liens - Demandes de RP
Une messagerie pour que tes camarades puissent te joindre

Amuses-toi bien parmi nous petite princesse !  ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Be Good :: Little Weird Stories :: Un peu de toi, un peu de moi ♫-
Sauter vers: