Revenir en haut Aller en bas
Be Good
Bonjour mon petit loup et bienvenue sur Be Good !
Ici nous sommes NC-18, car le H/Y/Y et la violence sont autorisés.
Néanmoins, si tu décides tout de même de t'inscrire en étant mineur, tu seras responsable de tout ce que tu pourras lire et écrire en ce lieu.
Alors n'oublie pas, et plein d'amour sur toi ♥

 :: Little Weird Stories :: Un peu de toi, un peu de moi ♫ :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

charles — une personne toute douce

avatar
Charles Bowers
monsieur pls ★ cerf solitaire ♥
Messages : 375
Date d'inscription : 20/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 1:07
?????????
shinji hikarineon genesis evangelion
Âge & Date de Naissance : 21 juin 1998, 18 ans.
Etude : il suit des cours par correspondance pour les matières générales et essaye de suivre le cursus artistique de 3e niveau - 1ère année.
Nationalité/origines : origine anglo-japonaise et nationalité irlandaise.
Groupes : alligator.
Date d'arrivée au Foyer : 8 octobre 2016.
Orientation Sexuelle : bisexuelle.

Carnation : une peau lunaire, fine et facile à estomper avec la force et le sang bleu qui de sa couleur, tâche tes membres avec précision.
Taille : taille passe-passe qui se fond dans la masse, cent soixante trois centimètres de masse.
Corpulence : gamin imberbe, fin et aux allures mécaniques.
Cheveux : brun terne, soyeux, tombant dans un sourire candide, des mèches rebelles qui sautillent comme des criquets, insaisissables malgré l'envie de les ébouriffer.  
Yeux : deux noisettes qui seraient tombées trop tôt de leur arbre, froncées par le bruit, la peine et la haine.
Signe(s) distinctif(s) : de très légères scarifications sur les cuisses mais paradoxalement, de très voyantes marques en tout genre sur le bras gauche et la main gauche. Aussi, il a des broches dans les genoux et les tibias, les jambes défigurées par le scalpel. Par conséquent, il doit porter une orthèse articulée aux genoux durant un bon laps de temps ( exemple : ici ) — un sourire éphémère, palpitant, sublime — a une gestuelle nerveuse et coupée ( bouger ses mains de façon peu naturelle, ouvrir et fermer son poing, etc ) — déteste qu'on le regarde dans les yeux, il le fait d'ailleurs remarquer de façon très désagréable.

Code:
[b]Shinji Ikari[/b] • [i]Neon Genesis Evangelion[/i] • Charles Bowers

silencieux
discret
consciencieux
souriant
froid
ouvert
tendre
direct
solitaire
maladroit
instable
blessé
« j'ai besoin d'aide, regardez-moi, par pitié, regardez-moi
j'ai peur, alors s'il vous plaît, prenez ma main, prenez mon sac, faites quelques choses »
.

les mains moites, tu circules parmi le flux d'étudiants sortant du bâtiment principal de l'école. Le regard tremblant, ruisselant de détresse et essayant tant bien que de mal à fixer celui des autres, implorant un sourire, un souvenir chaud, doux et vrai. Plus loin, un groupe de jeune te bouscule, tu tombes à genoux, habitué, effrayé, combien de fois devras-tu être désemparé par tes sentiments ? Ils rigolent, ils te jettent un regard avant de continuer leur route, ensemble, en ricanant. Bien sûr, personne n'est là, encore une fois, personne n'est là pour te contenir, pour te donner un minimum d'importance. C'est vrai, tu es maigre, tu es enfermé entre les barbelés de cet univers, portant ainsi toute la tristesse du monde sur tes épaules criardes, telle une bibliothèque cédant au poids des dires et des faits. Tu veux mourir, tu t'y es préparé. Alors en face du canal, tu observes les reflets de l'eau, tu écoutes le clapotis des canards et des cygnes, tu humes alors les dernières secondes de ta vie, forcé d'ouvrir chaque plaquettes de pilules, apeuré de te gaver comme une oie.

On ne pouvait plus qu’entendre ta gourde déambuler sur le macadam,
déversant les dernières gouttes d'eau sur l'herbe,
pendant que ton regard suffoquait,
pendant que ta tête heurtait le sol,
tu t'es simplement dit
« qu'il est bon de se laisser aller »,
la bouche barbouillée de mousse et de bile,
les derniers chiffres de l'ambulance s'envolèrent.




C'est toujours pareil, c'est toujours la même. Tu t'empiffres de somnifères pour dormir tellement le silence est assourdissant, cet éternel acouphène de rire et d'eau, celle qui coule pendant ta tête coule et coule sous la pression des jours, roulette russe décochant des secondes qui une par une, te perfore l'envie de vivre, l'envie d'exister. Seul, tu ouvres la porte d'entrée. Seul, tu te fais le souper. Seul, tu regardes la tv. Et seul, tu sens le gang bang arriver. Celui qui se tortille derrière chaque portes terrées, nappées de cette parure effrayante, celle de la mort. De longs doigts fins et doux qui ne demandent qu'à te casser le cou, un beau sourire, blanc, éclatant, aspirant de ses lèvres, tout le sang qui te permet rester vivant. Les idées noires ruissellent entre tes mains, tu les lèches, tu les dévores, tu les gardes tout au fond de toi. Océan pollué par l’asphyxie, trouble du sommeil triplé d'une bonne dose de dépression, à quand arrivera-t-on à ton exécution ? Monsieur tout le monde qui bégaie des conneries en lâchant ses lames de rasoir sur le tapis de la caissière, monsieur pas beau qui regarde ses côtes saillantes dans le miroir, effleurant de ses phalanges, les saloperies qu'il s'est fait sur le bras hier soir. Mal-être, sainte trinité baisée par la réalité, tu glisses, tu te rattrapes, mais fais gaffe, tes jambes sont à la ramasse. La coulée pourpre s'étale autour de toi, bientôt, personne ne voudra plus s'approcher de toi. Ah mais, ce n'est pas déjà le cas ? Les couloirs du collège, mastodontes de pierre, insufflant chaque écho d'humiliation dans tes sourdes oreilles, les yeux de marbres qui suivent les pas de ces baltringues, montrant du doigt, la connerie que tu es « toi ». tu t'accroches, tu respires mais à quoi vivre si personne ne veut te voir sourire, quand bien même quelqu'un le ferait pour toi, il ne s'occupera pas bien longtemps de « toi ».

La première fois, c'était à cause de tout, de rien, du matin ou du soir. La première fois, c'était aussi à cause de maman, de papa. Maman trompait papa, papa trompait maman. C'était usant, habituel, trop même. Tu t'étais fait à l'idée que la famille du nouvel an était fausse, que le père noël n'existait pas et que la baraque, le reste de l'année, était aussi déserte que le Sahara. Trop occupés à voyager pour du blé, trop occuper à coucher pour oublier. Puis bon, ce n'est pas comme si tu étais la prunelle de leurs yeux, tu fais parti de la génération où avoir un gosse, c'est le minimum syndical. Ils t'aiment, certes, mais pas comme tu le voudrais. Pas comme une famille, juste comme un enfant qui s'amuse à sourire pour charmer la galerie. « tu dois être beau, tu dois être élégant ». Famille moyenne qui se fond dans la benne des chiens écrasés de la société.

Tu aimes être en classe, tu aimes apprendre, écouter le prof de science étaler toute sa garde-robe de savoir. Mais tout ça, ce n'est qu'en apparence. Au fond, entre les bousculades dans le couloir, les papiers collés dans le dos, les vêtements planqués après le cours de gym, le racket, les gifles, tu détestes ça, la classe. Tu rôdes comme une âme en peine, la tête dans les wc, buvant le mélange de pisse et d'eau qui te rentre par les trous du nez, tu files en premier, en dernier, tu te planques derrière une face froide, insensible, subissant les vices de quelques fils de pute qui n'ont rien d'autre à faire que d'emmerder le petit dernier.

Et t'angoisses,
tu te pisses dessus,
tu vomis toute cette crasse,
qui te hurle dessus,
terreurs nocturnes,
stress,
pulsions,
crises,
fallait pas s’étonner qu'un jour,
tu finisses sous dialyse.

Après un jour de cours comme les autres, t'as juste fini sur le sol, le muscle creux qui explose. Après quinze minutes de réanimation, après qu'on t'ai explosé la cage thoracique, qu'on t'ai électrocuté le cœur, le battement fit cesser les sueurs. Un mois de coma plus tard, t'étais déjà prêt à sortir, à comment dire … « vivre ». Pourtant, t'as fait tout ce que tu pouvais pour enfin partir. Pourquoi ils insistent, pourquoi ils font les égoïstes, merde, t'es triste ! Aller ailleurs, putain c'est vraiment l'heure. Les parents avaient beau se pavaner, l'âme pseudo remplie d'amour, il n'a même pas fallu un an pour qu'ils regagnent leur emploi du temps.





Du haut de l'immeuble, tu nargues la ville, tu encules la caissière, tu fuck la terre entière.
Du haut de tes prières, tu provoques le tremblement de terre, celui qui te rend si peu fier.
C'est la fin du monde, c'est la fin de Charles, c'est la toute fin des fins et t’arrive enfin à tes faims.

« CONNERIE DE MERDE »

Ça résonne dans le vent, bien évidemment, personne ne l'entend. Ce cri strident, celui d'un gosse d'antan. Et tu regardes le sol, tu regardes les trente mètres jusqu'au capitole. Tu te demandes si c'est vraiment ça que tu veux, tu te dis que la vie, faut vraiment que tu la perdre à ce prix ? Mais c'est trop dur, c'est dit et du redit.
Tu viens de sortir du vestiaire, tu viens tout juste de te rendre compte qu'il n'y avait plus tes affaires. T'avais beau hurler, pleurer, les lumières éteintes, les fantômes s'articulaient. La nuit tombe, le brouillard s'écroule, laissant échapper les quelques soupirs des noisetiers. La vitre cassée, tu t'es faufilé jusqu'au pied des escaliers où t'es monté, monté, jusqu'à atteindre la voie de la liberté.
Tu t'es craché, explosé, tu observais les lumières, le silence des ténèbres et t'as juste profiter. Profiter des dernières minutes qui t'étaient accordées. Ça fait peur, ça fait froid dans le dos. Normal, tu ne portes que ton maillot. Tu frottes les bleus sur ton corps, tu repenses à ce qu'ils ont fait de ton sort. Comme un déchet, une merde, ils t'ont juste tabassé, enfermé, te laissant en pâté pour les esprits condamnés.

Et t'as sauté.
les genoux ont encaissés,
les os se sont disloqués,
et comme un con,
tu t'es raté.




Devant le juge, on t'a confié à Belladone, deux tentatives de suicide, un sortilège impardonnable qui se raconte à l'allure d'une fable « faites attention les enfants, être différent, ça conduit au néant ». Papa, maman, ils étaient un peu patraques « non mais il était toujours souriant, je ne comprends pas, je ne comprends pas, oh que je l'aime cet enfant ... ». Discours de faux-cul, il t'en a fallu peu pour dégobiller ce surplus. Pourquoi personne ne comprend qu'il est temps, temps de te laisser vivre comme un grand, te donner une chance, te donner le pouvoir sur ton corps, sur toi, sur ton destin malgré le prix qu'il contient. « alors charles, pourquoi t'as sauté ? Pourquoi tu t'es encore suicidé ? Non mais je ne suis pas là pour te juger, je suis juste là pour t'aider ». aaaah, ça fait mal le blabla du psychologue, celui qui ne sait pas ce qu'est une drogue. Celui qui te dit que dans la vie, faut travailler, faut bouger. Mais pitié, quand vont-ils comprendre que t'as pas envie de t'engager, ce mariage infructueux avec cette chose qui ô combien te déplaît tant. « mais parle, charles. Si tu veux, on peut faire un jeu, je t'inscris à un atelier de peinture et tu me peins tout ce qui a rempli ton esprit de griffures ». Pathétique. Ils te prennent pour un gamin, un enfant qui ne sait rien du monde, qui ne connaît rien à part son petit nombril de terrien. Oh, ils n'ont pas tort, mais et alors ? Ça t'a gonflé, ça t'a énervé, personne n'est assez franc pour t'aider. Alors le six octobre, t'as demandé à ce qu'on te place en foyer, juste pour avoir un peu la paix. C'est sûr que tes parents ont fameusement bégayer, c'est sûr que personne ne t'a pris au sérieux, toi, ton pieu et tes yeux. De toute façon, tu comptes recommencer, et cette fois, tu feras tout pour que ça soit vraiment terminé. Un fusil, un billet d'avion, tu le feras en inde, en australie mais tu veux donner à ta mort, un vrai sens, une poésie.
T'as honte de ce jour, t'as honte de ce « qu'ils » t'ont fait dans les vestiaires, t'attends que tout soit dévoilé pour le moment, tu préfères tout garder. Quand t'y penses, tes yeux saignent et chaque soirs, tu scrutes le cycle éternel. Crise d'angoisse, insomnie, les cauchemars sont devenus tes amis. La main aux fesses, le sourire en flèche. Les images refont surface et ton visage se couvre de crasses.

Cette vie est vraiment psychédélique,
remplis de hic, de clics et de clacs,
où tu te prends une baffe,
une claque, une bifle,
quand tu siffles ton âme et ses vices,
et tu gardes pour toi,
le secret de ta déchéance de ce jour-là.



Pseudonyme : marius. :c
Âge : 16 ans.
Comment es-tu arrivé ici : : top-site, frère.
Commentaire : j'essaye de reprendre le rp, soyez doux avec mon cul d'or hein. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Espoir H. Nūn
Fondatrice - Chaton Mignon ♥
Messages : 305
Date d'inscription : 28/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 1:20
Eh bien, eh bien... Tout d'abord bienvenue mon Cerf Solitaire ♥

Ton personnage est vraiment intéressant et très prometteur, j'ai hâte de découvrir la suite de ta fiche.
Pense néanmoins à mettre des majuscules au début de tes phrases.

Sinon c'est moi qui m'occuperais de toi, promis je serais gentille, alors n'hésite pas à venir me voir au besoin ♥


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ekaterina N. Poliakova
Paonne Majestueuse ♥
Messages : 62
Date d'inscription : 11/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 1:37
c'est beaaau. ton début d'histoire me vend du rêve. fdsfzrt
bienvenue ♡
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzayr S. Dhul Kifl
Fondateur - Koala Sexy ♥
Messages : 47
Date d'inscription : 23/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 11:32
Salut et bienvenue parmi nous ! ♥

Ton perso à l'air cool, j'ai hâte de voir la suite


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 12:20
Invité
TWELVE! Les mauvais souvenirs qui remontent aaaaah-
Bienvenue en tous cas, super choix d'avatar (et de personnage, il a l'air intéressant !)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Penelope C. Lynn
Admin - Ragondin Malicieux ♥
Messages : 29
Date d'inscription : 19/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 13:47
Coucou et bienvenue ! ♥
J'adore ton vava et le début de l'histoire m'a vraiment plut, écris vite la suite ! *3*


But science doesn’t make sense.
Il met de la magie, mine de rien, dans tout ce qu´il fait, il a le sourire facile, même pour les imbéciles. Il vit sa vie sans s´occuper des grimaces, que font autour de lui les poissons dans la nasse
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charles Bowers
monsieur pls ★ cerf solitaire ♥
Messages : 375
Date d'inscription : 20/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 18:53
espoir - merci beaucoup espouille. ♥ je mettrai les maj dans mes prochains paragraphes, j’oublie souvent désolé ! xD
ekaka - je sais je sais. Cool /paf/
uza - merci beaucoup hinhin. ♥♥
jenny - comme dit in cb, je m'inspire de l'anime pour la story et merci bien mon gros sac.
dimimi - merciiiii beaucoup, j'essaye de finir vite. ♥♥♥


beaucoup d'amour,
un marius qui vous aime.



#robin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angus O'Connell
Modératrice / Animatrice - Colibri Enjoué ♥
Messages : 79
Date d'inscription : 09/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Nov - 6:06
C'est beau ici aussi ♥
J'aime les jolis textes à 6h du matin ♥
Je t'aime aussi ♥
Et puis biromantique fepsofgier ♥

Amour sur tes jolies fesses, cordialement, un esprit égaré.


❝I don't do drugs, i just crush on you❞
   
Angus O'Connell
   (c)Allison

Angus te fait chier en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ulric D. Wellington
Tamarin Moqueur ♥
Messages : 24
Date d'inscription : 12/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Nov - 14:20
Baaaaahw t'es bô ♥ bien la venue très cher
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charles Bowers
monsieur pls ★ cerf solitaire ♥
Messages : 375
Date d'inscription : 20/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Déc - 1:12
ulric, merci bokou bokou. ♥♥

angus, maintenant, j'ai la tristesse de t'annoncer qu'il sera bi. :'(

oui, j'ai reboot César pour un perso plus cliché et près du corps.
j'ai posté la nouvelle fiche avec le début de l'histoire. c:



#robin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Espoir H. Nūn
Fondatrice - Chaton Mignon ♥
Messages : 305
Date d'inscription : 28/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Déc - 1:53
OK mon coeur !

Alors, huh, j'adore ta fiche, ton style, Charles. J'aime tout ça très très très fort ! :**:
Je suis à deux doigts de te valider, mais avant il va falloir modifier un petit quelque chose.

Je comprend qu'il soit logique que Charles ne suive aucun cours. Néanmoins le Foyer a pour devoir de les lâcher dans la nature à 25 ans, formé pour survivre dans la société. Il faut donc que tu rajoutes juste qu'il suive quelques cours, de manière aménagé ou non (style aménagement des horaires, cours particuliers, par correspondances, etc.), ou encore qu'il soit en formation pour un quelconque métier à l'intérieur ou non du Foyer.

Je préférerais faire passer sans, mais y a un soucis de logique avec Belladone qui pose problème. Du coup voilà.

Plein de bisous d'amour et tu peux m'envoyer des MPs au besoin ♥


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charles Bowers
monsieur pls ★ cerf solitaire ♥
Messages : 375
Date d'inscription : 20/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Déc - 2:16
rooooh merci ça me touche, je pensais me faire casser donc je suis tellement soulagé de cet amour.
merci mon espoir. ♥♥♥
c'est modifié ! j'espère que avoir deux sortes de cours ne dérangera pas mais Charles et psychologiquement pas prêt pour affronter une classe.
des bisous d'amour. ♥♥♥



#robin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Espoir H. Nūn
Fondatrice - Chaton Mignon ♥
Messages : 305
Date d'inscription : 28/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Déc - 19:36
Bon bein bravo mon cœur, mon beau Cerf Solitaire, tu es validé et c'est avec plaisir ♥

Je te conseil de visiter ces quelques liens pour faire correctement tes premiers pas sur le forum : 

Si tu veux pas dormir sous les ponts
Fiche de Lien - Fiche de RP
Demandes de liens - Demandes de RP
Une messagerie pour que tes camarades puissent te joindre

Plein d'amour sur toi ♥


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» un zorua shiney à la fourrure toute douce
» "Toute personne qui pense fortement fait scandale." - Feat Nathan A. Baker
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Echange Charles Baker/ Himler Rebu autour du CEP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Be Good :: Little Weird Stories :: Un peu de toi, un peu de moi ♫ :: Présentations Validées-
Sauter vers: